Les inscriptions antisémites devant l’ancien lycée de Simone Veil effacées

A Nice, devant l’ancien lycée de Simone Veil, la mairie a fait effacer des inscriptions à caractère antisémites. La croix gammée et le mot « Skinhead » trônaient fièrement sur le trottoir en face de l’établissement scolaire.

L’alerte a été donnée par Fouzia Ayoub, une utilisatrice de Twitter, ce mardi matin. Elle a profité d’un tweet Christian Estrosi condamnant les graffitis de croix gammées sur le portrait de Simone Veil à Paris pour demander le retrait de gravures à caractère antisémites.

Oui, vous avez raison d’être choqué et je le suis également.
J’avais signalé une croix gammée sur le trottoir devant le lycée Calmette. Pourriez-vous demander à vos services de la faire disparaître car c’est dans ce lycée qu’étudiât Simone Veil. La laisser est une honte.
Merci. pic.twitter.com/qckXAwfJhs— Fouzia Ayoub (@FouziaAyoub) February 11, 2019

Le choix du lieu par « l’artiste » n’était pas anodin : elles étaient situées sur un trottoir en face du lycée Albert Calmette, établissement qui a accueilli la survivante de la Shoah lors de ses études.

Les agents de la voirie sont intervenus quasi immédiatement pour faire disparaître les gravures (de piètre qualité). Contrairement à Anne Hidalgo, le maire de Nice ne déposera aucune plainte suite à cet événement.

Un sentiment de déjà vu

La veille déjà, BFMTV révélait l’existence de tag de croix gammées sur deux portrait de Simone Veil réalisés par l’artiste C215 sur des boîtes aux lettres parisiennes.

Une nouvelle qui n’a pas manqué de choquer l’opinion public, mais aussi l’artiste en personne, dont la réaction ne s’est pas faite attendre.

je suis dégoûté— Christian Guémy C215 (@christianguemy) February 11, 2019

Celui ci est revenu sur les lieux ce mardi après-midi afin de restaurer ses oeuvres, se portant garant de leur protection en s’en faisant  » le gardien », quitte à les « restaurer inlassablement ».

Grégoire Assous