Les jeunes iraniens défient le régime autoritaire

Quarante ans après la Révolution islamique, l’Iran continue de restreindre l’accès à Internet. Toutes les connexions passent par un seul opérateur national qui bloque l’accès à certaines adresses IP correspondant aux sites étrangers. 

Les tentatives de connexion n’aboutissent pas, sont renvoyées sur des messages d’explication ou sur les sites locaux qui proposent le même genre de services. L’accès à Facebook et Twitter est prohibé depuis 2009 en Iran. Lorsqu’ils essayent d’accéder à des sites visiblement hostiles au gouvernement ou aux idéaux de la nation islamique, les Iraniens se trouvent souvent face à des pages d’erreurs.

Près de 70% des jeunes iraniens contournent la censure sur internet

Dans ce pays où plus d’1/3 de la population à moins de 25 ans, nombreux sont ceux à enfreindre les interdits et à utiliser des VPN qui permettent un accès à l’intégralité des sites Internet. 

Selon un rapport de 2014 commandé par le Ministère de la Jeunesse, plus de 70% des jeunes iraniens ont recours à ces outils pour contourner la censure d’Internet et des réseaux sociaux. Un chiffre qui confirme les propos de Dorsa.M.

Le régime se trouve donc face à un mur. Deux solutions sont désormais possibles :

  • Soit le gouvernement décide de ne rien changer et accepte ouvertement que les utilisateurs d’Internet se servent de VPN pour se connecter à ces applications.
  • Soit le gouvernement prend des mesures concrètes face aux nombreux jeunes qui agissent dans l’illégalité, mais il est conscient qu’il s’exposerait à de vives révoltes, qui n’arrangeraient pas la situation actuelle de la République islamique. 

Valentin Rivollier