Alain Juppé, de Bordeaux à la Cour constitutionnelle

L’ancien Premier ministre Alain Juppé va quitter Bordeaux, sa ville depuis 1995, pour entrer au Conseil Constitutionnel. Il a été nommé par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand ce jeudi 14 février. 

Alain Juppé avait déjà pris sa décision de quitter Bordeaux il y a plusieurs mois. Très secrètement, il avait prévu de l’annoncer au lendemain des élections européennes. 

Le maire de Bordeaux, tant attaché à sa ville, avait donc tranché bien avant que le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, ne lui propose, dimanche, de le nommer au Conseil constitutionnel. 

« Je voulais également avoir la conviction qu’il serait un sérieux gardien de la Constitution. Après avoir beaucoup réfléchi, toutes ces raisons m’ont conduit à solliciter Alain Juppé » a souligné le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. 

Le Conseil constitutionnel va accueillir trois nouveaux membres

Les deux autres membres accueillis au Conseil constitutionnel avec Alain Juppé sont Jacques Mézard, ex-ministre de la Cohésion des territoires, et François Pillet, sénateur du Cher. 

Le premier a été nommé sur proposition d‘Emmanuel Macron, le second sur celle de Gérard Larcher, président du Sénat.

Comme la loi l’y oblige, Alain Juppé a immédiatement annoncé sa démission de la mairie de Bordeaux. « C’est avec une profonde émotion que je me prépare à quitter mes fonctions de maire et de président de la métropole de Bordeaux qui m’ont procuré tant de bonheur » a-t-il assuré dans un communiqué publié mercredi. À 73 ans, Alain Juppé entame donc une nouvelle étape de sa carrière. 

Cliquez sur la photo pour avoir la frise chronologique.

Valentin Rivollier