février 16

Étiquettes

Stadium, une immersion conviviale au stade Bollaert

En tournée dans toute la France, une cinquantaine de supporters lensois transmettent leur passion pour le club de football sang et or dans un spectacle surprenant. 

Transcendés par leur amour du football et du Racing Club de Lens, les supporters nous embarquent pendant 1h45 dans leur passion. Ce jeudi soir, les Niçois sont entrés à leur tour dans le monde fou des lensois. Drôle, émouvant et convivial, le franc parler des amateurs de foot nous captive et nous emmène au sein des tribunes du stade Bollaert. 

Une construction insolite pour un spectacle « pas comme les autres ». Organisée comme un véritable match de football , la pièce alterne témoignages et jeu théâtral. Le metteur en scène Mohamed El Khatib a eu l’idée originale de confronter les mythiques fans du RC Lens aux publics de diverses régions de France et d’autres pays. Partout où elle passe, la troupe de supporters nordistes conquiert le cœur des spectateurs avec une ambiance conviviale et chaleureuse. 


Une atmosphère festive

Fanfare, chants, mascottes, pom-pom girls et drapeaux, tout y est ! Le public a l’impression d’assister à un match du RC Lens au sein des virages du stade Bollaert. L’heure est à la fête et à la bonne humeur autant dans la tribune présente sur scène que parmi les spectateurs. Dès le coup d’envoi de la pièce, le ton est donné. Un trompettiste interprète un solo et termine sur les célèbres notes d’un « Olé » suscitant la réaction du public. Lors de la première mi-temps, la nombreuse famille d’Yvette Dupuy, fervente supportrice  de 86 ans mais qui ne peut pas être présente sur scène, entame la chanson « les corons » de Pierre Bachelet. Tout au long du spectacle, les pom-pom girls puis les mascottes font le show et donnent de leur personne pour enflammer le public.

Les pom-pom girls du RC Lens faisant le show à la reprise.  ©Antonin Blanc                                     

Difficile de s’échapper en vitesse pour partir avant les autres et ne pas finir dans les embouteillages. La troisième mi-temps est elle aussi fêtée comme il se doit. La fanfare est de sortie et vous entraîne dans une fin de soirée ambiancée. Chants d’ultras lensois et « les corons » retentissent devant le théâtre pendant près d’une vingtaine de minutes. Les supporters donnent de leur voix jusqu’à ne plus en avoir. Ils transmettent ainsi leur passion et vous repartez chez vous avec « Allez les sang et or, allez allez allez les sang et or… » dans la tête.


Une mi-temps pleine de partage 

45èmeminute, le coup de sifflet retentit. Fin de la première période. Le public est convié à monter sur scène pour déguster une barquette de frites et une bière à la friterie « Momo ». Bière : 4 euros, Evian : 7 euros… les tarifs sont projetés sur l’écran au-dessus de la tribune. Le décompte des quinze minutes de pause est lui aussi indiqué pour que la salle se tienne prête à la reprise. Durant cette entracte insolite, c’est aussi un moment de partage avec des supporters avenants et enthousiastes.

Des spectateurs se mêlant aux supporters sur  scène autour d’une barquette de frites et d’une bière pendant la mi-temps.  ©Antonin Blanc                                                                                           

Pour Antoine Dupuy, un des fils d’Yvette et chef d’une brigade de supporters lensois, c’est « un moment clé de la soirée ». Cette pause a pour but « d’enlever la barrière public/comédien  tout en buvant une bonne bière » ajoute Antoine. Ces instants d’échanges entre fans et spectateurs sont une belle rencontre entre deux mondes : mordus de foot et passionnés de théâtre. 


« Une grande et heureuse famille »

Supporters, supportrices mais aussi arbitre et danseurs, tous se retrouvent sur scène avec le même amour pour le RC Lens. Des témoignages de fans sang et or défilent sur l’écran : un « capo », chef de tribune raconte son histoire, un prêtre explique son choix difficile entre la religion et le RC Lens… Les anecdotes s’enchaînent à un rythme effraîné, entrecoupées par des scènes de liesse. 

Au stade Bollaert comme sur scène les « afficionados » restent très fraternels. Une des petites filles Dupuy reconnaît que la création du spectacle a été l’occasion de « découvrir d’autres supporters lensois inconnus jusque là ». Cette troupe est aujourd’hui pour elle : « une grande et heureuse famille ». Chacun repart du spectacle avec le sentiment d’avoir partagé 90 minutes de fête avec cette grande famille de supporters lensois. 

Antonin Blanc