[INTERVIEW] Craft, le nouveau média de Cyrus North

Le week-end dernier avait lieu le Play Azur Festival, l’occasion pour certains YouTubeurs de rencontrer leurs abonnés. Parmi les invités cette année figuraient Anthox Collaboy, Science Etonnante, Micode et Cyrus North qui, tout au long des deux journées, animaient des conférences sur divers sujets. Ce dernier nous a rencontré quelques minutes après le débat “Les vidéos YouTube sont-elles devenues chiantes ?” pour nous expliquer les motivations derrière son plus récent projet.

Il y a un an, tu créais l’Antisèche pour aider les lycéens et collégiens dans leurs révisions, fin 2018 tu lançais Craft qui aborde différents sujets de manière novatrice (Comment créer son propre pays ? par exemple). As-tu d’autres projets à l’avenir ?
Je pense que c’est déjà pas mal ! Maintenant, le projet sera surtout de développer Craft. On est sur une première saison qui permet de prendre le pouls et ressemble plus à une chaîne YouTube qu’un réel média parce qu’on n’a pas toutes les ressources qu’il nous faut pour vraiment mettre en place notre vision avec Hugo (de la chaîne YouTube HugoDécrypte).
Ces projets demandent du temps, du financement et toutes les problématiques ne sont pas réglées mais j’en suis fier et je vais mettre mon énergie dans le développement de ces deux chaînes.

Qu’est-ce qui différencie ce média d’une chaîne YouTube habituelle ?
Aujourd’hui, il y a peu de choses. Normalement ce qui se passe, c’est qu’il y a du contenu sur Facebook, Instagram et Twitter qui est assez différent de ce que vous trouverez sur YouTube. On a sorti au moins une vidéo sur Instagram et Twitter qui reprenait le sujet de la vidéo sur YouTube mais qui ne le traitait pas du tout de la même façon et qui donnait des informations complémentaires. Si à l’avenir on arrive à mettre en place notre idée avec Hugo, il y aura beaucoup plus de contenu sur les réseaux sociaux, en lien avec ce qui se passe en temps réel et pas uniquement des vidéos YouTube. On mettra peut-être en place un site dans quelques années

Lors de la présentation de ce nouveau média, tu expliquais que c’est un contenu plus long que certains médias. Que pense tu de l’infotainment et des formats vidéo courts que proposent Brut ou Konbini ?
Je pense que c’est bien que ça existe car tout le monde n’est pas facile à toucher avec l’information et une grande partie de la population a justement besoin de formats plus courts, pour s’intéresser à ces sujets-là. Nous, on s’adresse à ceux qui veulent un autre son de cloche, un traitement d’information différent et je pense que les deux sont complémentaires. Je consomme énormément de vidéo d’infotainment qui me font intéresser à des sujets qui, de base, ne m’intéressaient pas trop et ça c’est passionnant.

Face à la lassitude que tu ressens sur YouTube, en quoi pense tu que Craft peut renouveler ce genre de vidéos ?
Sur YouTube, les contenus commencent à se ressembler. Avec Craft, on a essayé de faire un truc un peu différent avec beaucoup de motion design, faire de la voix off sur de l’information, ce qui est peu fréquent. On a beaucoup soigné la direction artistique, pour un rendu très beau qui donne vraiment du plaisir à regarder et ne rentre pas dans cette mécanique de corvée, de tâche que certains peuvent ressentir quand ils regardent des vidéos. Le fait de sortir une vidéo toutes les deux semaines, c’est peu et on n’inonde donc pas les auditeurs avec du surplus de contenu.

Tu es connu pour aborder des sujets sociétaux, philosophique et là vous semblez vous lâcher en abordant, par exemple, le sujet des toilettes. Comment choisissez-vous les thèmes de vos vidéos ?
À la base pour les toilettes, on a appris que Kim Jong Un avait ses propres toilettes. On s’est dit que ça serait marrant de faire une vidéo sur “Pourquoi les chefs d’Etats ont leurs propres toilettes ?”. Mais c’était très dur de trouver des informations donc on a décidé de se concentrer sur les toilettes en général. En temps normal, les sujets partent de questions que l’on se pose avec notre entourage et viennent aussi de l’actualité.

Comment est composée l’équipe de Craft et comptez-vous l’agrandir ?Aujourd’hui, on a une graphiste, un motion designer, un monteur et presque chaque épisode est écrit avec un auteur différent. On aimerait évidemment la faire grossir avec peut-être un peu de plus de motion design puis quelqu’un qui accompagnerait Hugo et moi au niveau de la gestion de projet, ce genre de choses.

Choisissez-vous les auteurs selon les thèmes abordés ou simplement pour varier l’écriture ?
Les auteurs, sont souvent des gens avec qui on a travaillé. On va voir un ami à moi qui est auteur et on lui propose trois sujets de vidéo puis il choisit celui qu’il préfère. On est très ouvert à ce que l’auteur change le sujet, se l’approprie, etc.

Lors de la conférence, l’idée de s’abonner uniquement à des playlists pour éviter l’exposition à un surplus de contenu YouTube a été évoquée. Craindrais-tu que certaines de tes vidéos soient ainsi délaissées ?
Je n’aurais pas peur, je préférerais cette idée en fait. Vu que je fais du contenu très varié avec de la philosophie, de l’actualité ou certaines choses plus axées sur le divertissement, ce système permettrait à mes abonnés branchés philo de ne pas être déçu lorsque d’autres vidéos apparaissent.

C’est ta seconde fois au Play Azur Festival. Qu’est-ce que ces événements t’apportent ?
Ça me permet tout d’abord de rencontrer mon public. C’est marrant de voir les questions que se posent les gens, de réaliser qu’on est à peu près tous dans le même bateau au final. C’est aussi intéressant de retrouver les autres vidéastes. J’ai rencontré Un Créatif cette année et je suivais son contenu donc je suis très content de l’avoir rencontré. En plus, Nice c’est franchement cool ! C’est qui est cool avec Play Azur, c’est que je leur ai dit que je ne voulais pas faire de dédicaces parce que je préférais rencontrer les gens de manière plus informelle, par contre ça ne me gênait pas de participer à des conférences et ils ont accepté sans problèmes.

Propos recueillis par Hugo Deniziot et Thomas Gallon