Nico Rosberg : « Leclerc et Verstappen peuvent créer la surprise » #Laureus19

La cérémonie des Laureus World Sports Awards se tient ce soir, à Monaco. Résident monégasque et habitué de l’événement, l’ancien pilote de Formule 1 Nico Rosberg en a profité pour participer à une conférence de presse ce matin. Il y a évoqué la prochaine saison de F1 et les surprises qu’elle pourrait comporter.

« Vous voulez garder la réponse pour vous, c’est ça ? », rigole Nico Rosberg, devant une assistance majoritairement anglophone, en réponse à une question posée en espagnol au sujet de Fernando Alonso. Le champion du monde 2016 de Formule 1, aussi à l’aise micro en main qu’au volant, est comme chez lui à Monaco. Il répondait ce matin à une conférence de presse dans le cadre des Laureus World Sport Awards, cérémonie qui récompense les meilleurs performances et les événements marquants de la saison sportive.

Un pronostic basé sur des surprises

Toujours souriant et aussi habile en anglais qu’en allemand et en français, Nico Rosberg s’est prêté volontiers au jeu des pronostics. Et d’après lui, le Monégasque Charles Leclerc (récemment arrivé chez Ferrari) et le Belgo-néerlandais Max Verstappen (Red Bull Racing) pourraient « réserver beaucoup de surprises cette année. Ça va être très intéressant de suivre comment la saison va se dérouler ».

Promettant une saison « qui va être incroyable », l’ancien équipier du double champion en titre Lewis Hamilton (Mercedes) s’est réjoui de voir toute une nouvelle génération débarquer sur le circuit. Âgé de 21 ans, Verstappen connaît déjà bien la pression des grands prix : il donnait ses premiers coups de volant en F1 à 18 ans. Charles Leclerc, qui sort d’une très belle saison chez Sauber, aura encore moins de temps pour s’acclimater à la pression de la prestigieuse Scuderia Ferrari.

Max Verstappen et Charles Leclerc incarnent le futur de la Formule 1. (Infographie : Lucas Philippe)

Question de moteurs… et d’egos

S’il veut croire en ces jeunes pilotes qui grillent les étapes à toute vitesse, Nico Rosberg reste conscient que les favoris seront au rendez-vous. « Sebastian (Vettel) sort d’une saison compliquée mais c’est un excellent pilote, tempérait le Germano-finlandais. La saison dernière, il a commis des erreurs, mais son écurie (Ferrari) aussi. Il ne faut pas le négliger. » Lewis Hamilton a récemment dressé des prévisions similaires dans la presse : « Nous devons nous attendre à ce que Ferrari fasse un bon avant, et à ce que Sebastian soit plus fort que cette année. »

De nouvelles règles feront leur apparition en 2019 mais aussi en 2021. Aérodynamisme, contraintes au niveau du moteur… Ces modifications pourraient également changer la donne : « Le taux de développement pourrait atteindre 3 secondes, ça change tout ! Cela offre de superbes opportunités pour toutes les écuries », estimait Nico Rosberg lors de sa conférence de presse matinale. Si Ferrari s’est déjà plaint de ces décisions, elles peuvent offrir des coups à jouer aux outsiders. Des occasions à saisir pour d’autres jeunes pousses du circuit donc, comme le Français Pierre Gasly (23 ans, Toro Rosso) ou les Britanniques George Russell (21 ans, Williams) et Lando Norris (19 ans, McLaren).

Gérer la nouvelle motorisation et l’aérodynamisme ne sera pas le seul soucis des écuries la saison prochaine. En misant sur le prometteur Charles Leclerc pour épauler Sebastian Vettel, Ferrari espère enfin ramener un titre constructeur à Maranello, attendu depuis 2008 (glané à l’époque par Kimi Räikönnen et Felipe Massa). Mais le nouveau duo de la Scuderia pourrait faire des étincelles à en croire Nico Rosberg, fin connaisseur des associations sulfureuses : « Charles Leclerc va-t-il montrer du respect et faire l’équipier modèle ou foncer ? On ne sait pas, ça va être cool de voir ce qui se passe. » Réponse au terme d’une saison qui promet d’être haletante.

Nico Rosberg a marqué la Formule 1 de son empreinte. (Infographie : Loris Biondi)

Loris Biondi
Lucas Philippe
Guillaume Truillet