mars 13

Étiquettes

La hausse inquiétante des cas de rougeole dans le monde

Vendredi 1erMars, l’Unicef a annoncé dans un rapport, le nombre de cas de rougeole dans le monde et celui-ci s’avère alarmant. Cette maladie qui date environ du Xèmesiècle, a pourtant été largement contrôlée grâce à la vaccination. Mais depuis quelques années, soit 11 siècles plus tard, les cas se multiplient pour atteindre des chiffres exorbitants pour l’année 2018. 

Des chiffres largement supérieurs à la normale 

L’Unicef a annoncé que 10 pays étaient à l’origine d’environ 75% de l’augmentation des cas de rougeole. Parmi ceux-ci on compte le Brésil, l’Ukraine et même la France. A l’échelle mondiale, c’est 98 pays qui ont annoncé des chiffres en hausse pour l’année 2018, bien supérieurs à ceux de 2017. Ceux qui ont connu la plus forte augmentation sont le Brésil, l’Ukraine et les Philippines. 35 120 cas ont été recensés en Ukraine, soit environ 30 000 de plus qu’en 2017. Au Brésil, ce sont 10 262 cas qui ont été rapportés contre aucun l’année précédente. Enfin en France les cas de rougeole sont passés de 519 à 2788. Pourtant le vaccin qui se fait en deux injections a été rendu obligatoire depuis le 1erjanvier 2018. Or, il serait efficace si 95% des enfants étaient vaccinés des deux doses et le site vaccination-info-service.frinforme qu’en France, ce chiffre n’est pas atteint.

Les conséquences de la hausse 

Mais pourquoi ces chiffres sont autant en hausse ? L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déjà alerté la population internationale sur la dangerosité de la maladie en donnant le nombre de morts de la rougeole en 2017, qui s’élevait à 136 000 personnes. Pourtant le nombre de contaminés ne cesse d’augmenter. Ce qui a conduit à ce résultat, c’est parfois l’insalubrité des infrastructures médicales dans certains pays tels que les Philippines qui compte parmi les pays qui enregistre une forte augmentation ces dernières années. L’OMS rappelle que « la principale raison » de l’échec dans la vaccination des enfants est que ceux « qui en ont le plus besoin (…) n’ont pas accès au vaccin ».D’autres raisons sont aussi à noter comme la faible sensibilisation au grand public mais surtout l’hésitation face à la vaccination. Le mois dernier, l’OMS avait classé cette hésitation, et parfois même réticence, parmi les 10 principales menaces pour la santé mondiale de l’année 2019. On peut appliquer cela aux pays dits « développés », puisque beaucoup de gens sont de plus en plus réticents à la vaccination. Les membres du mouvement dit « anti-vax » font sur les réseaux sociaux le lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme. 

Les français au coeur de polémiques

En février, une famille française en vacances au Costa Rica a été placé en quarantaine. La raison : ils sont suspectés d’avoir réintroduit la rougeole dans le pays. L’enfant âgé de 5 ans a contracté les symptômes de la maladie et la famille s’est alors rendu dans un hôpital de Puntarenas. Le pays n’avait pas recensé de cas comme celui-ci depuis 2014 et des mesures ont été prises pour limiter la contamination. Les autorités sanitaires ont donc dû procéder à la vaccination de 104 personnes qui auraient été en contact avec la famille et ont lancé un appel aux personnes qui auraient pu l’être, avec l’aide du ministère de la santé en France. Rappelons que la rougeole est une maladie très contagieuse et plus mortelle que la grippe.

Les chiffres des cas de rougeole dans le monde pourraient continuer d’augmenter si des mesures ne sont pas prises. Selon le gouvernement, l’Ukraine compte déjà 24 042 personnes supplémentaires qui ont été contaminées au cours des deux premiers mois de 2019.

                                                                                                                      Flavie Thivol