Nigel Farage : Monsieur Brexit est de retour

Grand artisan du Brexit en 2016, Nigel Farage est de retour dans la vie politique britannique après trois ans d’absence. Fondateur d’un nouveau parti, le Brexit Party, il se lance dans la campagne aux élections européennes.

Brexit Party et Nigel Farage sont en tête dans les sondages devant le Labour et le Tory © Victoria Jones/PA Wire

On le croyait retiré de la vie politique britannique, cela n’aura duré que trois ans. Nigel Farage, eurosceptique assumé depuis ses débuts de carrière, a soigné son retour sur la scène politique. C’est par un cinglant « I’m back ! » qu’il a annoncé vouloir se lancer dans la course aux élections européennes. S’il repart de zéro avec un nouveau parti fraîchement créé depuis le 20 janvier 2019, sa base électorale semble encore bien présente. « On devrait avoir quitté l’Union européenne après 25 ans de combat pour y arriver. Je ne vais pas abandonner et laisser ces politiciens nous faire ça », a-t-il martelé lors d’un discours. D’après les derniers sondages, le Brexit Party est en tête devant les partis traditionnels travailliste et conservateur avec 23% à 27% des voix.

Cinq ans après, l’histoire pourrait se répéter. En 2014, Nigel Farage, alors chef de file du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), avait déjà remporté les élections européennes avec 26,60% des voix. Sous son impulsion, la pression s’était faite de plus en plus forte sur le Premier ministre de l’époque, David Cameron, pour l’instauration d’un référendum sur le Brexit. Depuis l’avis favorable prononcé par les britanniques, le parti UKIP a perdu de son influence, poussant Nigel Farage a quitté le parti et la scène politique.

Brexit et Europe, le paradoxe Farage

Mais ce qui devait être un simple retrait de l’Union européenne s’est depuis transformé en situation complexe. La Première ministre, Theresa May, tente de trouver un accord avec le parti travailliste pour une sortie rapide. Mais Jeremy Corbin a accusé le gouvernement de camper sur ses positions. Alors que le Brexit est plus que jamais dans l’impasse, Nigel Farage saisit l’occasion pour se former une base électorale forte.

Qualifié par ses opposants « d’opportuniste », l’europhobe de 55 ans est député européen depuis vingt ans. Le tout, en prônant une sortie de l’Union européenne. Une position qui peut le décrédibiliser. Pourtant, son comeback est jusqu’à maintenant un succès.

Si les élections européennes n’ont jamais vraiment passionné les britanniques, comme en attestent les 65% d’abstention en 2014, celles de cette année n’ont aucune importance fondamentale. Les 73 futurs députés ne siégeraient que temporairement jusqu’à la sortie effective de l’Union européenne. Les électeurs devraient pourtant devoir se rendre aux urnes le 23 mai prochain, sauf si un accord est trouvé à la surprise générale.

Pour Nigel Farage, les élections européennes ne sont pas l’enjeu principal. C’est ce qui en suivra qui l’intéresse. En cas de victoire, Theresa May pourrait tomber et un second référendum pourrait aboutir. C’est tout le paysage politique anglais qui pourrait être bouleversé. Selon un sondage, 40% des élus locaux du parti conservateur seraient prêts à soutenir Nigel Farage et son nouveau parti. Le Brexit Party se veut « antisystème » et attire des électeurs de tous bords à l’heure où les partis traditionnels peinent à séduire.

Jean Uminski