[Carte Blanche] Canneseries, un festival plein de diversité

Du 5 au 10 avril dernier, Cannes et son célèbre Palais des festivals ont accueilli la deuxième édition de Canneseries. Un évènement qui récompense les meilleures séries de l’année et qui conviait plusieurs stars du milieu sur le tapis rose.

En ce début de printemps du 5 au 10 avril, le festival Canneseries a animé la Côte d’Azur. Une semaine de séries, couplée avec des conférences de professionnels du milieu, accessibles au grand public. Les stars des séries télé étaient mélangées aux Cannois au sein du Grand auditorium pour la cérémonie d’ouverture, animée par le monsieur cinéma de Canal +, Laurent Weil, la chaîne cryptée étant partenaire et diffuseur du festival. L’occasion pour eux de promouvoir plusieurs de leurs séries, comme Vernon Subutex, la série du moment, diffusée en avant-première dans la foulée de la cérémonie d’ouverture. La plupart des séries présentées était peu connues, cela est notamment du à l’absence des géants du milieu, Netflix et OCS, qui détiennent les plus grosses productions.

Des séries diverses

L’absence des mastodontes a tout de même eu un côté positif, celui de pouvoir faire découvrir des séries de styles et d’origines variées. Perfect Life, qui a été désignée meilleure série par le jury est une production espagnole. Reshef Levi, acteur principal de la série israélienne Nehama, a remporté le prix du meilleur acteur. Le prix du meilleur scénario est revenu au scénariste Belge Bert Van Dael pour The Twelve. Parmi les séries en lice, mais non récompensées, on pouvait également trouver des productions norvégiennes, japonaises, allemande ou encore russe. Grâce à cet événement, toutes ces séries ont sûrement réussi à obtenir davantage de visibilité, cherchant à trouver des diffuseurs dans plusieurs pays, y compris la France.

Une consécration féminine

Comme dit précédemment, la série espagnole Perfect Life s’est vue attribuer deux prix : celui de la meilleure série et le prix spécial de l’interprétation, récompensant l’ensemble du casting. Cette série traite de la crise de la trentaine, à travers le portrait de trois femmes au fort caractère. Perfect Life présente une particularité : si les trois personnages principaux sont de sexe féminin, la réalisation et le scénario ont aussi intégralement été effectués par des femmes. Ce sont les trois actrices qui sont montées sur scène pour recevoir leurs récompenses et qui en ont profité pour prononcer un discours axé sur le féminisme et le combat des femmes : « La culture est une passerelle d’empathie, pour lutter contre la haine, l’intolérance, le machisme […] Il faut inclure le point de vue des femmes » a déclaré l’actrice et scénariste de la série Laeticia Dolera. Canneseries 2019 a donc fait découvrir au grand public une grande diversité de séries, que ce soit au niveau de leurs origines, ou des sujets traités, comme la place de la femme dans la société, avec le lauréat de la meilleure série, Perfect Life.

Hugo Metreau et Quentin Ruda