Trois questions à Clara Luciani

A l’occasion du festival de la Nuit de l’Erdre du 28 au 30 juin, Clara Luciani s’est prêtée au jeu des trois questions. La chanteuse et compositrice marseillaise, connue pour son titre La grenade, est montée sur scène pendant près d’une heure pour interpréter les titres de son premier album, Sainte Victoire, devant des milliers de festivaliers. 

Vous venez de faire des centaines de dates de concerts, vous avez remporté la révélation scène aux victoires de la musique, qu’est-ce que cela a changé pour vous? 

Ça m’a donné confiance en moi. Mes premiers concerts j’étais tellement paniquée que je n’arrivais même pas à prendre du plaisir sur scène. Je tremblais je n’arrivais pas à tenir mon médiator. Tous les concerts qu’on a fait cette année m’ont permis de travailler ce manque de confiance et ce sentiment d’imposture. Je me disais que j’avais rien à faire là. Recevoir ce prix ça a été une consécration. J’ai réussi à m’améliorer dans ce domaine et à vaincre un poids qui me pourrissait un peu la vie.

Ces deux dernières années ont été chargées pour vous. Comment s’annonce la suite?

C’est vrai que mon album est sorti il y a un moment déjà mais j’ai l’impression que je peux encore faire découvrir pleins de choses. L’idée n’est pas de rester sur cet album (Sainte-Victoire) pendant 5 ans. J’ai envie d’une suite, d’un deuxième album. Donc je suis partie 15 jours dans le sud, à Aix chez mes parents, pour travailler. J’ai aussi été en studio un peu. En fait, j’ai déjà plusieurs chansons en préparation pour ce prochain album.

Vous nous parlez d’un prochain album en 2020. Quelle méthode de travail adoptez-vous pour produire de cette façon ?

Dans ma vie, je suis quelqu’un de très organisée. J’aime bien planifier les choses. Par contre dans la musique j’ai l’impression que non seulement je ne peux pas prévoir mais j’ai aussi l’impression que je n’en ai pas envie. Mettre trop les choses dans des cases et les prévoir c’est un peu dénaturer la création donc j’essaie de ne pas me poser trop de questions ou de m’imposer des thèmes, d’échéances… même si j’ai déjà prévu l’album pour 2020. Il y a déjà des chansons que j’ai hâte de faire écouter au public.

Marjolaine Baud-Laignier et Aurore Coulon