octobre 03

Les terres rares, objet de convoitises dans la guerre commerciale

Considérées comme le nouvel or noir, les terres rares sont devenues un enjeu majeur du commerce international. La guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine depuis mai 2018 a renforcé leur importance.

La mine de Moutain Pass, située en Californie, pourrait réouvrir face aux menaces chinoises (© CNN)

Le géant chinois de la téléphonie, Huawei, a lancé, ce jeudi 19 septembre, son premier smartphone sans les services de Google. Un signe fort en plein cœur de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. L’Empire du Milieu ne souhaite plus être dépendant des étatsuniens , notamment dans le domaine des nouvelles technologies.

Pour réaliser ses souhaits, la Chine part avec une longueur d’avance. Le pays est le plus gros producteur de terres rares du monde, des éléments indispensables dans la construction des téléphones portables et des autres objets technologiques. Ces matériaux sont un ensemble de dix-sept métaux aux caractéristiques très particulières.

Terbium, Erbium, Dysprosium ou encore Lanthane, les noms de ces terres rares ne vous disent sûrement rien, mais ils sont indispensables dans notre industrie moderne. Selon l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS), la Chine a extrait 120 000 tonnes de terres rares en 2018, soit six fois plus que n’importe quelle nation. L’Australie (20 000 tonnes) et les États-Unis (15 000) complètent le podium.

Les Etats-Unis sont dépendants de la Chine

Même si leur nom indique le contraire, les terres rares ne sont en réalité pas si rares. « Elles sont présentes en grande quantité partout dans la croûte terrestre », explique l’USGS. Les terres rares sont en fait une partie constituante d’autres métaux comme le fer. Les coûts de production sont donc élevés car il faut extraire énormément de roches. À ce jour, seule la Chine peut extraire à bas coût.

Les États-Unis sont ainsi dépendants des Chinois dans cette guerre commerciale . Toujours selon les chiffres de l’USGC, les entreprises étasuniennes importent 80% de leurs terres rares de la Chine. Si Xi Xiping met à exécution ses menaces, à savoir, restreindre fortement les exportations vers les Etats-Unis, cela pourrait avoir un effet dévastateur pour l’industrie.

Des métaux cruciaux pour le futur de l’industrie

Pour faire face à d’éventuelles restrictions, le gouvernement cherche des alternatives. Située en Calirfornie, la mine de Mountain Pass, principale productrice de terres rares au XXe siècle avant d’être fermée en 2002, pourrait réouvrir en 2020. Les États-Unis tentent également de trouver des accords avec d’autres producteurs stratégiques tels que l’Australie.

Au cœur de la transition écologique, les éoliennes, les voitures électriques ou encore les panneaux solaires nécessitent aussi des terres rares. Ces dernières représentent un enjeu géopolitique majeur pour les prochaines décennies. Outre les grandes puissances, des pays en développement comme la Birmanie, le Burundi et la Malaisie, qui possèdent de grandes réserves, pourraient rentrer en jeu dans les échanges internationaux.

Jean Uminski