octobre 13

Étiquettes

L’abandon des animaux, un fléau qui perdure

Le 4 octobre dernier, on fêtait la journée mondiale des animaux. L’occasion pour les heureux propriétaires de chats, chiens, poissons, lapins ou de NAC (Nouveaux Animaux de Compagnies), d’exprimer leur amour à leur(s) compagnon(s). Malheureusement beaucoup d’entre eux l’ont fêté dans un refuge n’ayant pas survécus aux traditionnels abandons de l’été.

Chaque année en France, environ 100 000 animaux sont abandonnés durant l’été (SPA). 

La Journée mondiale des animaux a pour but d’attirer l’attention des gouvernements et de la population sur l’importance du respect de la vie animale, qu’il s’agisse d’animaux de compagnie, d’animaux sauvages ou encore d’animaux d’élevage. Une célébration qui semble trop peu prise en compte. Cette année encore, la France bat son propre record d’abandons d’animaux durant l’été avec une hausse de 28% selon la SPA (Société Protectrice des Animaux). Pendant la période estivale, la fondation 30 Millions d’Amis, autre grand nom dans lutte pour la protection des animaux, sortait une campagne choc qui n’a visiblement pas fait changer les choses. Dans celle-ci, il était rappelé que chaque année 100 000 animaux sont abandonnés en France, dont 60 000 l’été. Avec ces chiffres, notre pays serait le « champion » européen de l’abandon. Ce titre était au centre de leur campagne, avec un clip reprenant la chanson de Queen, « We are the champions ». Dans celui-ci, plusieurs abandons de tous genres d’animaux sont mis en scène. 

« Ce n’est pas le salaud de service qui abandonne, c’est le voisin, le cousin, Monsieur ou Madame tout le monde » avait expliqué la présidente de l’association, Reha Hutin. La vidéo choc a été vu plus de 14 millions de fois sur Youtube, un plus petit score que la précédente campagne visionnée quant à elle plus de 18 millions de fois. Elle a tout de même été relayé en masse sur les réseaux sociaux. La fondation indique plus de 45 millions de vues au total. Malgré un succès notable, elle n’aura pas empêché les propriétaires à se séparer de leur compagnon pendant la période de vacances. Le président de la SPA rapportait plus de 8000 animaux récupérés lors du mois de juillet. Pourtant, l’abandon est bien illégal en France, mais difficilement punissable à cause de la lâcheté de l’abandon qui est souvent anonyme (les animaux ne sont ni pucés, ni tatoués). Depuis 2004 le gouvernement a signé la Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie. Elle stipule que toute personne qui détient un animal de compagnie ou qui a accepté de s’en occuper doit être responsable de sa santé et de son bien-être. Dans l’article 521-1 du code pénal, il est indiqué que l’abandon d’un animal domestique est comparable à un acte de cruauté passible de 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende. 

Nos voisins belges, un exemple à suivre 

En Belgique, depuis octobre 2018, le Parlement Wallon a voté en faveur d’un décret : « le code du bien-être animal ». Il comprend 12 chapitres et 109 articles qui visent à assurer le respect envers les animaux et limiter l’abandon, qui est de 60 000 par an dans le pays. Tous les thèmes sont abordés : la détention d’animaux avec notamment l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques devenu illégal, le commerce avec en outre l’interdiction de donner un animal comme lot, les expériences… Les avancées majeures avec ce texte restent la reconnaissance de la sensibilité des animaux ainsi que l’obligation d’un permis pour en détenir un. « Chaque citoyen en disposera automatiquement et sans formalité ; toute personne est ainsi supposée pouvoir détenir un animal sauf si une décision administrative ou judiciaire le lui interdit via le retrait de ce permis », est-il précisé dans le code. S’il n’est pas respecté, des sanctions pénales seront appliquées. Dans les cas les plus graves, les peines prévues vont d’une réclusion allant de 10 à 15 ans et/ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions €. 

La deuxième période de forts abandons approche à grands pas : celle des fêtes de fin d’années. Beaucoup d’animaux sont offerts sans être désirés et finissent par être abandonnés quelques mois après…l’été par exemple. 

                                                                                                          Flavie Thivol