« Normal » s’invite en France et réinvente le hard-discount à la sauce scandinave

Des centres commerciaux de Paris intra-muros, de Thiais et de Rosny-sous-Bois ont été choisis pour devenir les nouveaux fiefs du hard-discount danois. Normal rentre en concurrence directe avec le géant néerlandais Action, déjà présent dans l’hexagone depuis maintenant sept ans.

La principale force de Normal c’est son panel très large de produits allant des paquets de biscuits aux soins pour cheveux en passant par les produits ménagers et le café. Les prix des articles dépassent très rarement vingt euros et illustre alors très bien le slogan de la marque « Articles normaux, prix anormaux ». Des articles de marques connues et reconnues à l’international sont disposés dans les rayons des magasins : L’Oréal, Gilette, Skittles ou même Colgate sont au rendez-vous à des prix défiants toute concurrence.

Le magasin est conçu et pensé comme ceux de la chaîne suédoise Ikea : parcours et flèches peintes au sol pour aiguiller les visiteurs, phrases humoristiques au-dessus des étagères, couleurs vives pour attirer l’œil. Les employés de la firme se relayent de huit heures et demi du matin jusqu’à vingt heures le soir. Un emploi du temps chargé qui prouvent l’engouement de la marque pour réussir à se faire connaître puis avec le temps reconnaître en France. La chaîne de magasins hard-discount est aussi très présente sur les réseaux sociaux. Une technique de communication tournée vers l’avenir qui risque de surprendre ses concurrents. Rappelons que le compte instagram de ActionFrance culmine à 423 mille abonnés tandis que pour le moment celui de Normal totalise 52 mille abonnés. La chaîne danoise n’a pas encore de compte traduit en français et ne peut donc pas prétendre à une telle notoriété sur les réseaux sociaux. Depuis l’ouverture des trois premiers magasins, le taux d’engagements sur les pages web de Normal a augmenté, de plus en plus de nouveaux clients se sont intéressés au nouveau venu. Le modèle danois se base plus sur la proximité avec sa clientèle que ce soit grâce à l’humour employé dans les rayons ou avec les devantures simplistes et parlantes tandis que le néerlandais Action reste plus distant avec sa clientèle et neutre dans ses campagnes de publicité. Seul le temps nous dira si le modèle danois va prendre le dessus sur celui des néerlandais.

Martin Bobet