Edouard Philippe serre la vis sur l’immigration sénégalaise

Lors de sa visite à Dakar, Edouard Philippe et Macky Sall ont redessiné les contours de l’immigration sénégalaise en France

Ce dimanche, La France et le Sénégal ont reconduit leurs engagements à coopérer pour lutter contre les migrations irrégulières lors de la visite d’Edouard Philippe à Dakar. « La délivrance des titres de séjour doit répondre à des principes clairs et ne pas être le fruit d’une forme de passivité » a déclaré le Premier Ministre français.

L’Elysée paye Dakar pour lutter contre l’immigration clandestine

Depuis 2007, 2 milliards d’euros ont été versés à Dakar pour lutter contre l’immigration irrégulière de ressortissants Sénégalais en France. En contrepartie, l’Elysée finance partiellement la modernisation des services de police dédiés aux contrôles des frontières et la lutte contre le trafic des migrants. Edouard Philippe a également tenu à rappeler que les universités françaises accueillaient chaque année près de 12500 étudiants sénégalais.


Edouard Philippe et Macky Sall à Dakar le 17 novembre (Photo : SEYLLOU)

Des critères précis pour obtenir un visa français

Dans la continuité des récents débats sur l’immigration -qui ont notamment abouti à la future instauration de quotas d’immigration professionnelle-, le premier ministre français souhaite baser sur la méritocratie les futures émigrations de sénégalais en France. Il faudra être titulaire d’un diplôme de niveau master pour pouvoir espérer passer par la plateforme « passeport talent ». Autre possibilité, avoir en sa possession un contrat de travail qui prévoit une rémunération brute de plus de 3000 euros par mois, vouloir créer son entreprise ou investir à minima 300 000 euros dans l’hexagone. Des conditions désormais sine qua non pour tous sénégalais voulant résider plus de 3 mois en France. Edouard Philippe a par ailleurs promis que les délais de demande de traitement de visa seront réduits de moitié dès le début de l’année prochaine.

Julien Raymond