mars 11

[Pan Bagnat] Enquête sur le projet de campagne d’Estrosi pour Nice

Un projet rejeté par le candidat PS

Samuel Burel a interviewé Patrick Allemand, le candidat du Parti Socialiste et chef de l’opposition face à Christian Estrosi. Il a fait part de sa pensée et de ses idées pour les élections municipales de Nice.

Patrick Allemand, candidat socialiste à la mairie de Nice, Photo datant de 2013

Quel est votre avis sur le projet du TNN ?

Patrick Allemand : Je suis contre la démolition du théâtre actuel. De mon point de vue, même si l’on essaye de nous vendre l’inverse actuellement, ça reviendra à beaucoup moins cher de remettre aux normes et de réhabiliter le théâtre actuel, plutôt que de le démolir et de le reconstruire à l’intérieur du Palais des Expositions.

 Vous êtes contre ce projet parce que c’est trop coûteux pour la ville de Nice ?

Patrick Allemand : Non seulement c’est coûteux pour la ville, mais en plus on a du mal à en voir la finalité… Ça fait beaucoup d’investissement pour pas grand-chose, dans le sens où aujourd’hui ce qu’on essaye de faire c’est des investissements productifs, des investissements qui créent de l’emploi, etc 

Déplacer une salle de théâtre ça ne va pas créer d’emplois sauf le temps du chantier, ça n’a jamais créé d’emploi et ce n’est pas ça qui va modifier la courbe du chômage. Donc nous on plaide plutôt pour un projet qui soit un projet culturel, pérenne, à l’année et qui attire des visiteurs sur Nice ; notamment les congressistes. Qui donne envie aux congressistes, une fois le congrès achevé, de passer le week-end à Nice. A ce moment-là c’est un travail qui est différent, et c’est un travail intelligent parce que ça amène un surcroît de clientèle.

Voyez-vous ce projet comme un gouffre financier ?

Patrick Allemand : Le problème n’est pas que cela représente un gouffre financier, c’est le contexte financier général, puisque qu’il y a quand même 2 milliards d’euros en dette cumulé entre la ville et la métropole de Nice. On sort d’un chantier monstrueux qui a été celui de la ligne 2 du tramway qui a coûté plus d’un milliard d’euros. 

Alors qu’on pensait qu’il allait y avoir une pause dans ces grands travaux, on nous annonce la démolition du théâtre, la démolition du Palais des Congrès, la démolition des hôtels devant le Palais des Expositions. Tout ça pour quoi ? Tout ça pour planter quelques arbres. A l’opposé, le PS dont je suis membre est en train de présenter un programme très écologique, sans pour autant, aller vers la  démagogie… Donc ce théâtre et ce Palais des Congrès ils ont des fonctions à remplir, ils sont utiles à la ville, et aujourd’hui il faut poser la question de savoir si, en plus de l’endettement que nous avons, le contribuable niçois est prêt à remettre 400 millions d’euros sur la table. Parce que, si l’on compte les frais de démolition, les frais de reconstruction du théâtre, les frais du déplacement du Palais des Congrès, et la reconstruction du Palais des Congrès à l’aéroport, et bien on est très rapidement aux alentours de 400 millions d’euros. 

Dans un article, vous avez expliqué que l’empreinte écologique des travaux serait très importante. Le résultat écologique serait donc nul ?

Patrick Allemand : On doit mener une politique écologique, ça c’est indiscutable, incontestable, et on doit le faire intelligemment. Si aujourd’hui pour planter 4 arbres il faut détruire des bâtiments de cette importance, le coût écologique de la déconstruction va être très important. Au bout d’un moment il faut voir si  »le jeu en vaut la chandelle ».

 Si ce projet est réalisé, pensez-vous que les commerces aux alentours en souffriront ?

Patrick Allemand : Il est évident que la démolition du théâtre ça touche les restaurants du coin, mais en même temps, s’il est placé dans l’ancien couvent des franciscains où au Palais des Expositions, la restauration tournera toujours. Par contre, ce qui est beaucoup plus ennuyeux c’est la démolition du palais des congrès, parce que là c’est un véritable transfert de lieu. C’est une vision de la ville qui n’est pas la mienne et qui veut recréer un centre d’affaires dynamique sur l’aéroport. Mais pour moi l’aéroport ce n’est pas ça, c’est à dire que c’est une zone où effectivement il est intéressant d’avoir un Palais des Expositions important où des choses comme ça, mais il ne faut pas transférer des animations commerciales. Or des avenues comme l’avenue Saint Jean Baptiste ou l’avenue de la République, le secteur de Garibaldi et tout ça souffrira incontestablement de la disparition d’un palais des congrès à cet emplacement.

Samuel Burel

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8