Le projet Starlink d’Elon Musk, un projet dangereux et menaçant ?

Offrir la meilleure connexion Internet à la population par l’envoi d’une constellation de plusieurs milliers de satellites, voilà le projet Starlink d’Elon Musk. Et cette idée fait déjà polémique parmi les scientifiques.

Crédits : Space X

Elon Musk

Elon Musk, milliardaire et visionnaire américain fait de nouveau parler de lui. Connu notamment pour être le cofondateur de Paypal, le directeur général de Tesla et le PDG de l’entreprise spatiale Space X. Les objectifs de ses sociétés aujourd’hui tournent autour de sa vision de changer le monde et l’humanité. Il veut préserver l’espèce humaine de son hypothétique future autodestruction. C’est pour cela que son but premier est de coloniser Mars, pour y faire une seconde planète bleue. Il fait aujourd’hui parler de lui par rapport à son projet Starlink.

Le projet Starlink

C’est un projet d’accès à internet par satellite qui repose sur une constellation de plusieurs milliers de satellite de télécommunication. « Qu’est-ce qui le différencie de la concurrence ? ». Ces satellites seront (et sont) positionnés sur une orbite terrestre basse. C’est-à-dire qu’ils seront en dessous de 2 000 km d’altitude, tandis que les offres internet par satellite actuelle sont à 36 000 km d’altitude. Le temps de latence est donc plus court à plus basse altitude c’est-à-dire que l’Internet fournit serait 20 fois plus rapide.

La polémique lié au projet

Space X qui a reçu l’accord de la Commission fédérale américaine des communications pour lancer 12 000 satellites en orbite a récemment fait une demande pour en lancer 30 000 de plus. Et c’est là qu’Elon Musk et son projet commencent à faire polémique. La première inquiétude des scientifiques est que sa constellation géante de satellites Starlink pourrait gêner l’observation du ciel. Ces satellites formerait une forme de pollution visuelle qui gâcherait les observations au télescope. En effet, en mai dernier après le lancement des 60 premiers satellites, il y avait une chaîne de 60 points brillants dans le ciel.

Les affirmations de Space X

Ce lundi 9 mars Elon Musk a écarter les inquiétudes à propos de cette pollution visuelle en affirmant qu’il n’y aurait « pas la moindre incidence sur les découvertes astronomiques ». Et qu’en réalité, le problème ne se poserait que le temps que les satellites se placent en orbite. Il réduirait aussi leur brillance en peignant certaines parties des satellites en noir plutôt qu’en blanc. Les deux principaux problèmes, hormis celui de la pollution visuelle, sont celui de l’encombrement de l’orbite basse et celui du risque de collision. Trois de ses satellites ont déjà été perdu et sont maintenant des débris incontrôlables et dangereux. Même si Space X affirme pouvoir contrôler les problèmes liés aux satellites, une fois que le contact est perdu, et bien… il est définitivement perdu et on ne peut plus faire grand-chose. L’Agence Spatiale Européenne a même dû faire une faire une manœuvre pour éviter un satellite de Space X.

Les hypothétiques futurs problèmes

 Avec un si grand nombre de satellites si proches de la Terre et si proches entre eux, gérer le trafic sera difficile. De plus, s’il y en a bien 42 000, il faudra les contourner pour rejoindre les orbites géostationnaires. Pour faire simple il faudra slalomer entre plusieurs satellites pour aller plus haut dans l’espace. On peut dire qu’Elon Musk se met des bâtons dans les roues en envoyant tant de satellites si bas. Car lorsqu’il voudra vraiment faire décoller son énorme fusée pour Mars, il va avoir du mal à slalomer entre ses propres satellites. Ses détracteurs envisagent même de mettre en place un permis de conduire spatial, pas sur qu’Elon Musk le conserverait bien longtemps.

Samuel Burel