mai 02

Comment vit-on dans la plus haute ville du monde ?

Avec un sang comparable à de la gelée et deux fois trop de globules rouges, les habitants de la Rinconada au Pérou défient les capacités du corps humain.

      Un habitant au dessus de la Rinconada. Photo: Le DL /A.Ch

Direction le Pérou, dans la ville la plus haute du monde : la réserve d’or de la Rinconada perchée à 5300 mètres d’altitude. C’est là que vivent près de 50 000 personnes, des mineurs et leurs familles. À cette hauteur, les humains développent systématiquement le mal chronique des montagnes (CMS). Une maladie qui se développe lorsqu’on habite à plus de 2500 mètres d’altitude. Elle entraîne entre autres de fortes nausées, des vomissements et des migraines quasi-quotidiennes. Pourtant, seulement un quart des habitants de la Rinconada éprouve les symptômes du CMS. Un véritable mystère pour la science qui a motivé une équipe de chercheurs grenoblois à faire le déplacement l’an dernier.

Un bilan alarmant

Tout commence en 2007, lorsqu’un médecin péruvien, Ivan Hanco s’aperçoit que le taux de globule rouge présent dans le sang des habitants est bien trop élevé. Pour faire une comparaison, si je mesure celui d’un Niçois, il ne devrait pas excéder les 50%. Mais voilà, celui des habitants de la Rinconada dépasse les 80%. Là-bas, la présence d’oxygène est très rare : deux fois moins qu’au niveau de la mer.

L’expédition 5300

En 2019 Samuel Verges, chercheur au CHU de Grenoble part avec son équipe pour y faire des premiers tests. Leur bilan confirme les inquiétudes du docteur péruvien :  

Le taux de globule rouge des habitants est exceptionnellement élevé, encore jamais mesuré chez l’homme.  Ils constatent également un sang très épais, comparable à de la gelée et pourtant bien toléré par l’organisme.

Même constat pour les relevés de pressions artérielles, surtout lorsque les mesures sont réalisées pendant un effort. Et des efforts, les habitants de la Rinconadas en font quotidiennement:  les mineurs travaillent 29 jours sur 30,  dans cette région où les températures hivernales avoisinent les -25°.  « Tous vivent à la limite des capacités du corps humain » s’inquiète Samuel Vergès.

De retour à Grenoble,  son équipe passe un an à étudier chaque résultat.  Mais aujourd’hui encore, après avoir analysé 80 % des données, les chercheurs n’ont pas encore résolu l’énigme. « Nous pensions trouver des différences physiologiques entre les habitants de la Rinconada et ceux qui vivent à 4000 mètres », or il n’y en a aucune, constate Samuel Vergès. A 5 300 mètres seulement un quart des habitants contractent des symptômes de ce CMS, un mystère scientifique. 

Les statines, le remède miracle ?

En janvier 2020 l’équipe retourne à La Rinconada pour réaliser un essai clinique inédit : une soixantaine de volontaires ont reçu deux molécules : la première de Diamox, un traitement bien connu pour lutter contre le mal de montagne. L’autre est plus surprenant, il s’agit d’une statine :  l’atorvastatine avec un dosage de 40 mg /j.  Le choix peut paraître surprenant : les statines -médicament le plus vendu au monde- sont connues pour lutter contre l’excès de cholestérol. Mais depuis plusieurs années, des études alertent la population sur sa prise quotidienne.En 2013, le professeur canadien Colin Dormuth indiquait dans un rapport que les patients prenant une dose supérieure à 20 mg/j couraient plus de risques d’hospitalisation pour des problèmes rénaux élevés.

Il ne s’agit pas de polémiquer sur le choix des chercheurs grenoblois. Même les études critiques envers les statines reconnaissent leur efficacité lorsque le patient encourt des risques cardiaques élevés. Bien qu’elles puissent entraîner des effets indésirables sur les patients de la Rinconada, ces effets seront bien moins graves que les risques déjà encourus par les habitants.

Le meilleur traitement pour ces populations, qui souffrent aussi de conditions de travail parfois proches de l’esclavage, serait de descendre un peu plus bas, et de stopper cette folle ruée vers l’or. Encore faudrait-il avoir le choix.

Julien Morceli