mai 06

Harcèlement scolaire : le poids du rejet

Laurent Notté, est un jeune belge de 20 ans qui a été victime de harcèlement scolaire durant son adolescence, en 2020 il se décide enfin à en parler.





12% des écoliers et 10% des collégiens sont victimes de harcèlement. C’est un phénomène courant de l’école jusqu’au lycée entre les enfants et adolescents. Le harcèlement scolaire correspond à l’usage répété de violences physiques entre eux, mais aussi de moqueries, brimades ou humiliations. Laurent Notté, jeune belge de 20 ans, en a été victime. « J’ai été harcelé dès mon entrée au collège jusqu’à mes 18 ans. Ce sont des choses qui m’ont marqué entre automutilation et ce sentiment de  solitude  permanent ». Actuellement étudiant, il décide de briser le silence et de mettre par écrit ses sentiments. Son projet musical « le poids du rejet » voit le jour le 2 mars 2020. « J’ai vraiment voulu faire passer un message fort pour sensibiliser et surtout aider les gens à s’exprimer » explique Laurent Notté.

Un combat qui le touche particulièrement

Ces années scolaires ont été très difficiles pour lui. Laurent le rappelle dès le début de sa chanson « j’entends les rires, les blagues et les insultes sur mon physique, mes fails et ma différence ». Depuis petit, ce jeune belge est sourd mais il a eu l’opportunité de se faire poser des implants qui lui facilitent l’audition. C’est ce qui marque sa différence. Mais après tout, chaque personne est différente, il n’y a donc pas de quoi se moquer. S’accepter est important, Laurent en est persuadé : « je ne vois pas mon handicap comme un frein mais plutôt comme une chance ». C’est un combat qu’il mène chaque jour et qui l’amène à aider des personnes qui vivent ou ont vécu un traumatisme similaire. Sa chanson retrace ce sentiment de souffrance et de solitude qu’il a connu pendant 7 ans mais pas seulement. Lorsque Notté entre dans les études supérieures, des moments « compliqués et fatigants » se sont ajoutés : « l’idée de faire une chanson m’est venue à ce moment-là, il fallait que je passe un cap et c’est mon agent Baptiste Blanchot qui était là pour me soutenir ».

D’autres projets en perspective après le confinement

Suite à la pandémie du coronavirus, tout est reporté à plus tard. Ça va de soit pour le jeune artiste belge qui se voit obligé de repousser la sortie de son clip : « je devais sortir mon clip sur le harcèlement mais malheureusement j’ai dû le reporter à la suite des évènements liés au covid-19 ». D’autres projets sont en cours : « Actuellement, je travaille sur une musique plutôt dansante pour la simple et bonne raison qu’au vu de la situation actuelle, nous avons besoin de chaleur et de réconfort ». Grâce à ses textes, Laurent veut faire passer un message fort et sincère « tout le monde est capable de faire des choses, il est inutile se mettre des barrières, il faut foncer ». Il envisage même d’écrire un livre sur le thème du harcèlement.

LISA LORENZELLI