mai 08

Étiquettes

Vendeurs et consommateurs de Cannabis à l’épreuve du Covid-19

En pleine crise de Covid-19, les fumeurs de Cannabis doivent tant bien que mal trouver leur drogue illégale ou leur substitut légal. Pourtant, autant pour les vendeurs que pour les consommateurs, s’en procurer à un tarif raisonnable devient compliqué.

Vendeur de Cannabis sur l’application Snapchat et site de vente en ligne de CBD légal en rupture de stock.

Dès le début de l’épidémie en France, beaucoup de vendeurs avaient prévenu leurs acheteurs via Snapchat en leur demandant d’acheter en plus grosse quantité. Les livraisons pourtant très répandues allaient devenir difficiles et beaucoup de clients ont donc fait leur stock avant d’être complètement confinés. Qu’ils soient dépendants de la substance récréative ou qu’ils l’utilisent à des fins thérapeutiques, les consommateurs de cannabis sont confrontés à de grandes difficultés pour s’approvisionner pendant le confinement. Selon l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) 70 % de la résine de Cannabis écoulée en France provient du Maroc et passe par L’Espagne. Depuis le lundi 16 mars, les deux pays ont fermé leurs frontières ce qui rend plus difficile l’acheminement de la drogue par les passeurs. L’OFDT précise aussi qu’environ 1,4 million de français fument au moins dix fois par mois du cannabis, avec ce confinement beaucoup d’entre eux ne parviennent plus à trouver leur herbe.

« C’est la dernière fois que je fume de l’herbe pendant le confinement »

Yann est un consommateur régulier de résine de cannabis et d’herbe et pour lui se fournir devient un casse-tête à cause du confinement. Le covid-19 complique le travail des vendeurs et des revendeurs entrainant une hausse du prix dans la plupart des villes de France. « Je paye mes 3 grammes 40 % plus cher donc oui forcément je vais moins en récupérer ». « Beaucoup de mes dealeurs habituels ne livrent plus ». Et pourtant, pour beaucoup, fumer de l’herbe est aussi essentiel que boire un verre d’alcool et cette période de confinement est encore plus dure pour les personnes dépendantes. « Le THC a des propriétés psychoactives qui permettent de mieux supporter la douleur » selon Olivier Veran Ministre de la santé et médecin hospitalier. Les fumeurs doivent faire face à l’angoisse du manque ou la panne d’herbe pendant ce confinement. « Certains fumeurs risquent de glisser vers ce qui est disponible, l’alcool et les anxiolytiques, qui ont un pouvoir addictogène plus fort », explique à l’AFP William Lowenstein, addictologue président l’association SOS Addictions. Les dealers de rue se sont donc adaptés à la situation et suivent les règles de sécurité à la lettre, masques, gants, gels hydroalcooliques : la plupart ne rigolent pas avec le virus. Et même si leur activité n’est pas légale beaucoup ne veulent pas courir le risque de se faire contaminer et tentent tant bien que mal de garder leurs clients qui délaissent le cannabis si le vendeur ne livre pas à domicile.

« La demande n’a jamais été aussi forte »

Les consommateurs ne pouvant pas se réapprovisionner beaucoup se tournent vers le cannabis légal ou CBD. Le CBD est surtout utilisé pour son effet anti-anxiété, anti-inflammatoire ou contre l’arthrose. Au contraire du cannabis contenant un fort taux de THC, la plante CBD ne provoque pas d’effets secondaires. En France beaucoup de magasins en vendent depuis maintenant plusieurs années et la plante est soumise à bon nombre de restrictions. Elle ne doit pas excéder 0.2% de THC et ne doit pas être fumée. La plupart des magasins se sont tournés vers la livraison et l’envoi de CBD. Grâce à une rapide recherche sur le net on peut commander des dizaines de variétés d’herbes légales. Un marché qui connaissait déjà un succès grandissant mais avec le confinement les ventes se sont multipliées. Plusieurs sites affichent ruptures de stocks sur la plupart de leurs plantes, l’entreprise Greenowl, spécialisée dans la vente de fleur et d’huile de CBD que nous avons contactée nous affirme que « la demande n’a jamais été aussi forte ». Le site n’a jamais eu autant de nouveaux acheteurs et les consommateurs habituels commandent plus qu’avant. Reste à savoir si cette hausse d’acheteurs de CBD continuera après le confinement.

Bajard Mattéo