mai 21

Suède : Une manière radicale de décourager les fêtards

La ville de Lund, en Suède, répand du fumier à base d’excréments de volailles dans ses parcs pour décourager les participants de « La fête du Printemps » et ainsi de lutter activement contre la propagation de la pandémie de coronavirus.


SVEN NACKSTRAND / AFP

C’est tous les festivals qui s’annulent à partir du 16 mars 2020. La fête est finie, place au confinement.  La ville de Lund, en Suède, prend au sérieux cette décision et n’hésite pas à prendre les mesures nécessaires pour faire respecter aux mieux les consignes. Elle décide même de répandre du fumier à base de fiente dans ses parcs pour décourager la tenue de la traditionnelle « nuit de Walpurgis », soit la fête du Printemps. Cette initiative est une façon de contribuer à la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus. « La municipalité, qui envisage de poser des barrières autour du parc principal de la ville, a ainsi demandé aux habitants de renoncer à cette sempiternelle célébration du 30 avril, également appelée « Valborg » en Suède » fait part l’autorité suédoise. Rendre la fête la plus rédhibitoire possible, c’est ce qui est décidé par l’Etat suédois. Les responsables de la ville sont chargés de répandre une tonne de fientes de poulets dans le parc, afin de faire « d’une pierre deux coups : entretenir la pelouse et tenir à distance ceux qui seraient tentés de violer les restrictions liées à l’épidémie ».

Cette année, Lund va faire beaucoup de déçus ; Cette fête païenne très populaire est symbole de la fin de l’hiver. C’est un moment chaleureux où les Suédois chantent et organisent des feux de joie dans les parcs et jardins. « Le fumier réalisé avec des fientes de poulet, ça sent terriblement mauvais », a précisé Gustav Lundblad, à la tête du service environnement de la Ville. De quoi repousser les festivaliers : « Ce n’est pas très agréable de s’asseoir avec une bière avec une odeur pareille ».

Cette méthode peut paraître surprenante voire radicale mais il ne faut pas oublier que ces festivités de Valborg, qui peuvent attirer jusqu’à 30.000 visiteurs, s’avèrent « spontanées ; ce qui rend impossible leur interdiction dans les faits » assurent les autorités suédoises. Des précautions compréhensibles lorsque l’on sait que Lund se révèle l’une des villes universitaires les plus importantes en Suède et que la plupart de ses 125.000 habitants sont des étudiants. Limiter le nombre de personnes sera déjà un bon début même s’il est impossible d’estimer combien seront tout de même présent.          

LISA LORENZELLI