octobre 01

Étiquettes

Cannes : malgré la crise sanitaire, le tapis rose sera bien déroulé sur la Croisette

Incroyable mais vrai, la 3eme édition de CanneSéries est maintenue. La pandémie de Covid-19 qui décime le moindre événement depuis mars n’aura pas eu raison du cannois dédié aux séries. Reporté et repensé, le festival aura bien lieu, du 9 au 14 octobre au Grand Palais des festivals… et sur le net.

Format hybride

Pour répondre aux normes sanitaires actuelles, le festival s’est adapté. Benoit Loubet,  directeur général de l’événement, explique « avec les autorités (préfecture, ARS, mairie) nous avons mis en place des mesures drastiques pour protéger les spectateurs ; jauge à 1000 personnes, mesures barrières, portiques de prise de température, gel, masque… ». Une organisation quelque peu complexe, mais qui en vaut la peine. « Toute l’équipe de CanneSeries était  très motivée pour faire ce festival physique, de plus le contenu éditorial étant là il aurait été très dommage de ne pas en profiter ». Cela aurait aussi était dommage d’un point de vue financier, l’événementiel étant « un des piliers de l’économie locale ». C’est pourquoi la mairie a particulièrement soutenu le projet. « Nous essayons de démontrer qu’il est possible et tout à fait souhaitable de tenir des activités événementielles », défendait le maire, David Lisnard, durant la conférence de presse du 18 septembre. Malheureusement de nombreuses personnalités attendues ne pourront être présentes physiquement au festival. Seul le jury Séries Longues sera sur place, les autres invités participeront à l’événement à travers la plateforme numérique CanneSéries Live. Seront posté dessus l’entièreté des conférences et débats, les diverses projections mais aussi des masterclass et les coulisses de l’événement. Le public craintif ou ne pouvant se déplacer pourra assister à CanneSéries depuis son canapé, en réservant ses places, gratuitement, sur le site officiel du festival.

Covid, un plus pour (Canne)Séries ?

Ce nouveau format, un peu forcé, pourrait se révéler être un franc-succès, c’est du moins ce qu’espère Fleur Pellerin, la présidente. Cette dernière, a décidé de prendre le contre-pied de la situation actuelle, au lieu de s’apitoyer elle se réjouit des bouleversements que le Covid-19 a apportés. « Cette période particulière a renforcé notre amour pour les séries. Depuis cette période beaucoup de gens se sont pris de passion pour ce qui nous est cher ». Benoit Loubet partage son avis. « Depuis le Covid il y a une plus grande appétence pour les séries ». La preuve en est le nouveau  record d’abonnement aux sites de streaming. Pour exemple, le géant américain Netflix a enregistré près de 16 millions de nouveaux abonnés grâce au confinement (source : siecledigital). Une chance donc pour CanneSéries, d’autant plus que l’épidémie de Covid a éradiqué la concurrence ! Les deux autres festivals français dédiés aux séries, Séries Mania et Séries Séries, ont décidé d’annuler leur édition physique. L’événement cannois est donc très attendu.

Une programmation que peu perturbée

Surtout que le coronavirus n’a pas (trop) entaché la programmation. Six des dix séries initialement prévues en compétition Séries Longues, et neuf des dix programmes Séries Courtes, seront diffusés. Comme d’habitude la sélection est «très éclectique et très internationale, même si accompagnée de  deux séries françaises ! » s’enthousiasme le directeur général. Pour lui, le festival, qui a pour volonté de « valoriser et incarner les séries du monde entier » afin d’être le « porte-voix d’un nouvel art populaire et ultra créatif » doit pour cela  refléter «  la multitude de séries qui existent et de répondre à tous les goûts ». Et cette année encore c’est plutôt réussi ! De la série russe 257 reasons to live à la finlandaise Partisan, en passant par l’israélienne Losing Alice, il est certain que chacun trouvera son bonheur à CanneSéries ! Festival qui commencera sur les chapeaux de roues avec en ouverture et en clôture, deux séries françaises très attendues : La Flamme de Jonathan Cohen et Dix Pour Cent de Fanny Herrero et Dominique Besnehard. « Ce sont des opportunités qui nous été présentées cet été, et sur lesquelles nous n’avons pas hésité longtemps ! » confie le directeur général. Cadeau bonus : Jonathan Cohen, Camille Cottin et Grégory Montiel, les acteurs fétiches des deux shows, seront présent pour débattre avec le public, en physique… et en live.

Inês Alves