février 11

Étiquettes

CBD: Confort, Bien-être, Détente ?

Cdb, Cannabidio, Huile Cbd, L'Huile De Chanvre
Depuis environ trois ans le CBD séduit de plus en plus de français

«Bien-être», «soulagement des douleurs», «traitement des maladies graves», depuis que le CBD (abréviation de cannabidiol) est arrivé en Europe, on entend parler de ses bienfaits. Cette molécule est un cannabinoïdes présents dans le chanvre, qu’on appelle plus communément cannabis. Contrairement au THC, le CBD n’aurait pas d’effets stupéfiants.

En France, la molécule bénéficie d’un flou juridique. Le 19 novembre 2020, une décision de la Cour de Justice européenne empêche tout état membre de l’UE d’interdire la vente du CBD, une aubaine pour les centaines de boutiques ouverte en France.

Comme à Cannes où il y en a une dizaine, prônant la molécule sous toutes ses formes : huiles, fleurs, infusions, e-liquides, … «Le CBD ne remplace pas les médicaments mais si on peut passer sur quelque chose de naturel, d’utile et efficace je trouve que c’est beaucoup mieux» explique Céline Boullin vendeuse à CBD Cannes Flowers Power.

Selon Pascal Wohl, un Cannois qui a ouvert une boutique de CBD en ligne il y a quelques mois, «l’Etat ne pourra pas s’opposer au CBD, […] il y a un tel engouement, c’est naturel, il n’y a pas de dépendance, pas d’effet secondaire et ça relaxe». «En plus de ça, il y a beaucoup de gens anxieux, qui m’en achète pour leur bien-être» ajoute-il.

Quant aux médecins, la question de l’efficacité du CBD les divise. «Personnellement je ne crois absolument pas aux effets du CBD, c’est un effet de mode» explique un ostéopathe de Cannes, sceptique à l’idée qu’une plante puisse «remplacer» la médecine. De son côté, la médecin Mireille Gabert est plutôt en faveur de cette thérapie naturelle.

«Je n’ai absolument rien contre le CBD, […] je ne le prescris pas aux patients puisqu’il n’est pas encore officiellement efficace, mais il est actuellement à l’expertise pour certaines maladies comme la sclérose en plaque.»

Le marché du CBD est en constante évolution depuis ces trois dernières années, tout comme le nombre de consommateurs. Les vendeurs cannois s’attendent donc à une évolution de la part du gouvernement au niveau juridique.

Samuel Burel