Le président du CNC, soupçonné d’agression sexuel et de tentative de viol, en garde à vue

Selon des informations de BFMTV, Dominique Boutonnat, président du CNC est accusé par son filleul de tentative de viol. Placé en garde à vue, ce matin 10 février, Dominique Boutonnat conteste ces accusations.

Dominique Boutonnat, président du CNC, le Centre national du cinéma et de l’image animée, à La Rochelle en Septembre 2019.  ©XAVIER LEOTY / AFP

Dominique Boutonnat, président du Centre National du Cinéma a été placé en garde à vue mercredi matin pour soupçons d’agression sexuelle et tentative de viol sur son filleul âgé de 22 ans. Selon des informations de BFM TV, le plaignant dénonce des faits commis en août dernier.

Ce dernier a déposé plainte le 7 octobre pour les faits qu’il reproche au président du CNC. Ce filleul n’a pas de lien familial avec M. Boutonnat, a indiqué le parquet à l’AFP. Après sollicitations de l’AFP, le parquet de Nanterre a indiqué n’avoir «pas connaissance d’autres plaintes» le concernant à ce stade.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Nanterre.

Dominique Boutonnat a été nommé président du CNC le 24 juillet 2019. Ces liens avec Emmanuel Macron avaient alors inquiété le milieu du cinéma français, tout comme l’inquiétude de voir s’imposer une logique fondée sur la rentabilité, Dominique Boutonnat étant notamment l’auteur d’un rapport commandé par Bercy et le ministère de la Culture sur le financement du cinéma, remis en mai 2019. Mais selon Le Figaro « le CNC lui reconnait un œil et du flair en matière de production audiovisuelle ».