février 11

Étiquettes

Pourquoi une centrale nucléaire en Moselle a provoqué la chute de 20cm de neige ?

Une importante quantité de neige inattendue est tombée, ce mardi matin, sur une centrale nucléaire au nord-est de Thionville (Moselle). Un phénomène météorologique très rare en serait à l’origine.

Sur 10km autour de la centrale, le sol était recouvert d’une vingtaine de centimètres de neige, au delà, plus aucune trace. Photo prise le 10/02/2021, Richard Lacour

Les employés de la centrale nucléaire de Cattenom, ont eu la surprise ce mardi matin, de ne pas pouvoir se rendre sur leur lieu de travail. Dans la nuit, une couche d’une vingtaine de centimètres de neige s’est formée dans un périmètre de 10 kilomètres autour de la centrale nucléaire. Passé ce périmètre, aucun flocon n’était tombé.

Sur Twitter, Guillaume Séchet, météorologue sur BFMTV, partage l’image radar, montrant qu’entre 6h30 et 10h30, une neige stationnaire localisée s’est formée au-dessus de la centrale. Ce panache de neige repéré par les radars météorologique comme une averse modéré de neige serait un phénomène rare causé par une activité industrielle.

Dernier phénomène similaire en 2018

D’après le prévisionniste de Météo France, Olivier Proust, cette impressionnante chute de neige serait due à la rencontre entre une nappe de nuages stratocumulus et une bulle de chaleur formée par la vapeur rejetée par la centrale :

 « Ces nuages bas situés au-dessus de la centrale, constitués de cristaux de glace, ne sont pas assez épais pour produire de la neige en temps normal. Mais en passant au-dessus d’une bulle chaude émise par la centrale, il y a eu un grossissement rapide des cristaux, ce qui les a rendus lourd et les a fait tomber en gros flocons », explique le prévisionniste. La neige de pollution est un phénomène très classique alors que le cas de Cattenom est « beaucoup plus rare » précise-t-il. La dernière fois que l’on avait pu assister à un phénomène similaire c’était le 15 janvier 2018, au-dessus de cette même centrale nucléaire.

«  Ce qui s’est passé à Cattenom était différent du phénomène de neige industrielle ou neige de pollution« , précise Olivier Proust. On parle de « neige industrielle », lorsque les conditions météorologiques sont anticycloniques (air froid et humide), les polluants présents dans l’air servant de noyaux de condensation à l’humidité de l’air, des flocons se forment et tombent au sol.

Une neige non toxique

Cette réaction météorologique causée par l’activité humaine, serait aussi liée à l’épisode de grand froid qui touche actuellement le nord de la France. Treize départements sont en alerte orange, dont 10 pour neige-verglas. « Il y a un transport d’air froid saturé provenant d’Allemagne, mais pour les prochains jours on prévoit un asséchement des masses d’air, donc pas de nouvel épisode neigeux à Cattenom ».

 « Si vous mettez cette neige dans votre bouche, il ne vous arrivera pas grand-chose, rassure Olivier Proust. Sa formation ne s’est pas faite au niveau des cheminées de refroidissement, elle est uniquement composée de vapeur d’eau, donc totalement inoffensive ».  

Juliette Halliez