février 12

Mondiaux de biathlon : l’épreuve de sprint pour lancer les courses individuelles

Après le relais mixte remporté par la Norvège mercredi, les courses individuelles débutent à 14 h 30 avec l’épreuve masculine de sprint. Plusieurs Français joueront le podium.

104 biathlètes seront en lice cet après-midi pour l’épreuve de sprint des Mondiaux de Pokljuka. (Crédit photo : Le Dauphiné libéré)

Ils seront 104 à concourir pour leur pays à Pokljuka, en Slovénie, à 14 h 30. Cet après-midi a lieu l’épreuve de sprint, la première des huit courses individuelles, qui se dérouleront jusqu’au 21 février dans le cadre des Mondiaux de biathlon.

Le Norvégien Johannes Boe, qui vient de remporter le relais mixte avec trois de ses compatriotes, apparait comme le grand favori. Il est le leader du classement général de la Coupe du Monde, qui s’étale sur l’intégralité de l’hiver. Déjà vainqueur de ce classement général à deux reprises en 2019 et 2020, il cumule pour l’instant 709 points. Son dauphin, Sturla Laegreid, lui aussi Norvégien, n’en possède que 645.

Les Français ambitieux

Les Français, même s’ils se sont montrés moins performants que les Norvégiens lors des dernières courses, joueront le podium. Désigné leader de l’Equipe de France après la retraite sportive de Martin Fourcade, Quentin Fillon-Maillet s’élancera pour gagner. Avec une victoire et quatre podiums cette saison, il affiche des ambitions légitimes dans les colonnes de La Nouvelle république : « Être un leader ne me fait pas peur (…) Le but, c’est d’aller chercher au moins une médaille d’or individuelle dans ces Mondiaux. »

Emilien Jacquelin, 7ème au classement général, fait lui aussi partie des biathlètes susceptibles de gagner cet après-midi. Champion du monde l’an dernier sur la poursuite, le Français n’a pas encore gagné cet hiver. Mais il n’en est pas loin, en témoigne sa deuxième place à Hochfilzen, fin décembre, une nouvelle fois lors de la poursuite.

Fabien Claude s’avance lui en outsider. A 26 ans, le Vosgien s’est installé dans le top 15 mondial cette saison. Auteur de trois podiums depuis son intégration au sein de l’Equipe de France, il en a signé deux cette saison, à Hochfilzen (Allemagne) et Kontiolahti (Finlande). Mais fin janvier, il a montré quelques problèmes d’efficacité au tir. « Le problème, c’est que je suis passé de 90% à 70% de réussite en une semaine », confie-t-il à Nordic Magazine.  

Simon Desthieux et Antonin Guigonnat seront eux aussi engagés sur le sprint cet après-midi. En retrait cette saison, les deux hommes ont montré dans le passé qu’ils étaient capables de belles performances. Le premier était monté sur le podium à deux reprises il y a deux ans, à Soldier Hollow (Etats-Unis) en sprint et en poursuite, terminant la même année au quatrième rang du classement général de la Coupe du monde. Antonin Guigonnat, vice-champion du monde de mass-start en 2019, n’a lui pas fait mieux qu’une 9ème place cette saison.

Les autres nations à l’affut

Derrière la Norvège et la France qui ont gagné 10 des 13 courses déjà disputées cette saison, des nations sont à l’affut. Les Suédois, par l’intermédiaire de Sébastian Samuelsson et Martin Ponsiluoma, effectuent leur meilleur début de saison depuis le début des années 2000.

Les biathlètes allemands sont vieillissants. Mais Arnd Peiffer (33 ans) a montré qu’il avait encore la condition physique pour gagner face aux meilleurs cet hiver. Benedikt Doll (30 ans) et Erik Lesser (32 ans) sont dans le top 15 mondial mais ne sont pas montés une seule fois sur le podium depuis novembre.

Les Russes Alexander Loginov et Matvey Eliseev skient moins vite que les favoris depuis le début de saison. Mais le premier a démontré qu’il était capable de tout lors de sa victoire sur l’individuel à Anterselva, en Italie, fin janvier.

La Slovénie de Jakov Fak, la Suisse de Benjamin Weger et l’Autriche de Simon Eder pourront-ils se mêler à la course à la médaille ? Réponse dans quelques heures.

Mathéo Girard