Faire des rencontres via les sites de rencontre en temps de pandémie

Bars, restaurants, cinéma, tous les lieux propices aux nouvelles rencontres sont fermés depuis plus de 100 jours. Une situation que les sites de rencontre et les réseaux sociaux tentent de palier et de tirer profit à une époque où le temps passé sur les écrans sont de 2h26 par jour selon une étude de Médiamétrie. Le site français Meetic enregistre “ encore aujourd’hui un record inégalé d’abonnés depuis plus de quatre ans ”, selon Alexandre Lubot, PDG de Meetic. 

Pour répondre aux impératifs de la crise sanitaire, les plateformes, ont adapté leurs offres, en proposant notamment des rencontres “en tête à tête en vidéo”. Une mise à jour astucieuse mais qui ne remplace pas une rencontre de la vie réelle. 

Pour Yoann Silva, graphiste de 25 ans, les applications de rencontre sont une solution pour apprendre à connaître de nouvelles personnes mais ne remplace pas les contacts en tête a tête. Le jeune homme est atteint de la mucoviscidose, une maladie respiratoire qui peut s’avérer mortelle s’il est contaminé par la Covid-19. Il est astreint au télétravail depuis le début de la pandémie. Une façon de procéder qui rend impossible de potentiels rencontre sur le lieu de travail, où selon une étude de l’Ined, 21,4 % des couples se forment. 

Louise, étudiante de 19 ans est inscrite sur un site de rencontre en ligne comme près d’un Français sur trois (31%), selon une étude de l’institut Ifop pour Facebook publiée le 2 décembre 2020. Ce chiffre a progressé de 5% en deux ans.  Selon Louise, les sites de rencontre « ne remplace pas la vrai vie ». 

Elle consulte régulièrement l’application de rencontre Tinder dont les téléchargements ont fortement augmenté depuis le premier confinement en mars dernier. L’application créée en 2012 enregistrait en avril un record de 3 milliards de “Swipes” en une journée ( fait de glisser à gauche sur l’application pour indiquer que le profil d’une personne nous intéresse )« J’ai du mal à sauter le pas » affirme la jeune femme. L’application lui sert surtout lors des soirs où elle se sent esseulée mais elle ne compte pas passer du virtuel au réel pour un rendez-vous avec ses coup de coeur du Net. 

Aliénor Ruel