La recrudescence d’infractions liées aux armes à feu inquiète Montréal

Au total, 34 fusillades ont eu lieu à Montréal en six mois. Une situation préoccupante pour les autorité. Valérie Plante, la maire de la ville s’inquiète de l’augmentation des infractions par armes à feu. Mais que disent vraiment les chiffres ? 

Les infractions liées aux armes à feu ont augmenté de 15% à Montréal entre 2019 et 2020 – Pixabay

Les incidents par arme à feu se multiplient depuis plusieurs semaines à Montréal. Un mort dans une fusillade à Montréal-Nord le 30 janvier dernier. Une semaine plus tard, une adolescente de 15 ans perd la vie sous les balles perdues d’une fusillade.

L’augmentation des violences par armes à feu inquiète la mairie ainsi que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Depuis plusieurs semaines, ils affichent leur volonté de mettre un terme à la flambée des violences qui secouent notamment le nord de la métropole. 

La mort de Meriem Boundaoui, 15 ans, a suscité l’émoi à Montréal. La jeune adolescente a été mortellement touchée par plusieurs balles à la tête, dimanche 7 février, alors qu’elle se trouvait à bord d’une voiture à Montréal lors d’échanges de tirs qui ne la concernait pas. 

La presse québécoise cite Christine Black, mairesse de l’arrondissement de Montréal-Nord, de l’opposition. Son quartier est d’après elle au centre de conflits entre gangs de rue, attisés par une difficile situation socio-économique lié au confinement.

Une nouvelle unité spéciale

Le directeur du Service de police de la ville de Montréal (SVPM) a tenu à rassurer les citoyens après le drame même si «ce qui s’est passé, ça ne devrait jamais arriver» a-t-il estimé alors qu’il offrait ses condoléances à la famille de la jeune femme. «Les événements très dramatiques des derniers jours nous ont tous secoués. Personne n’y est demeuré indifférent, moi le premier comme père de famille », a lancé le directeur du SPVM. 

En plus d’une présence policière accrue à Montréal, le SVPM mettra en place une nouvelle unité spéciale de 22 agents nommée « l’escouade permanente dédiée à la lutte contre le trafic d’armes (ELTA). Sa mission débutera le 22 février au côté d’une autre équipe déjà déployée : « QUIÉTUDE ».

Le chef de la police montréalaise a souligné que le SVPM devait se doter « de moyens technologiques » pour affronter « cette criminalité émergente ».

La transparence de Toronto

De son côté, la maire de Montréal, Valérie Plante, a indiqué qu’il faut en faire plus pour renverser l’augmentation des crimes par armes à feu. Le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez a lui appelé à une augmentation des effectifs et critiqué la gestion financière de la mairie en matière de sécurité : «avec un budget de 6,1 milliards, ça n’a aucun sens que la maire refuse d’investir 16 millions pour la sécurité de ses citoyens ». 

L’opposition appelle aussi Montréal et son service de police à s’inspirer de de Toronto.  Le site internet de la police de la ville a mis en ligne des données et donne la situation actuelle du problème des armes à feu. Le site data.torontonpolice recense plusieurs tableaux et chiffres sur l’état des violences par armes à feu, des fusillades, ainsi que les données à titre comparatif sur les dernières années.

Capture d’écran du site internet de la police de Toronto : data.torontonpolice.on.ca

«Si Toronto peut se doter d’une telle plateforme avec toutes ces données, il n’y a aucune raison pour que le Service de police de la Ville de Montréal ne puisse pas faire la même chose ici», s’insurge Lionel Perez, chef de l’opposition.

Peu de chiffres à Montréal

La police de Montréal a déjà mis certaines données à disposition. Mais rien de précis concernant les incidents liés aux armes à feu, en dehors de leur rapport annuel.

«À cause du manque de transparence, ça nous empêche d’avoir un portrait réel et fidèle de la situation. Ça retarde notre capacité d’agir et de poser des questions, ce n’est pas dans l’intérêt public», estime Lionel Perez, qui juge «avant-gardiste» le site de la police de Toronto.

Les derniers chiffres du service de police de la Ville de Montréal rapportent 440 incidents liés aux armes à feu à Montréal en 2020, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2019. On observe une recrudescence des infractions par armes à feu, après une accalmie qui a duré quelques années. Les homicides ont eux diminués en 2020, passant de 45 à 25.

On observe une recrudescence des infractions par armes à feu, après une accalmie qui a duré quelques années. 

Valérie Plante a affirmé qu’une rencontre était prévue avec le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, pour «discuter de l’aide à court terme, pour savoir d’où viennent les armes». Elle estime «que le contrôle des armes à feu» est «nécessaire» mais qu’il ne réglera « pas tout » selon le journal La Presse.