Moselle : inquiétude face au variant sud-africain et brésilien

Jeudi soir, lors de la conférence de presse, Olivier Véran s’est inquiété de la situation sanitaire dans le département de la Moselle où 300 cas du variant sud-africain ont été détecté. Le ministre de la Santé se rend sur place ce vendredi.

Inquiétude en Moselle. 300 cas des variants sud-africain et brésilien ont été recensés. Olivier Véran a décidé de se rendre dans le département car ces variants pourraient provoquer des réinfections, malgré une première contamination.

Mais selon le ministre de la Santé, leur propagation « n’est pas encore inéluctable en France ». Ces deux variants représenteraient aujourd’hui 4 à 5% des contaminations en France. Olivier Véran a aussi précisé que la diffusion de ces variants était très inégale selon les régions : ils seraient à l’origine de 30% des contaminations en Moselle.

Le taux d’incidence dans le département est actuellement de 291 cas pour 100.000 habitants, au dessus de la moyenne nationale de 201. Pour rappel, le taux d’incidence est le nombre de cas sur 7 jours pour 100 000 habitants. A titre de comparaison, la Dordogne, deuxième département le plus touchés par ces variants, affiche 40 cas diagnostiqués sur les quatre derniers jours.

« Dynamiser la vaccination » pour faire face au variant

Face à la propagation considérable des variants sud-africain et brésilien en Moselle, le président du département souhaite « dynamiser » la vaccination sur place car « l’arme fondamentale, c’est la vaccination », affirme Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale.

Une situation préoccupante à mettre en perspective

Depuis une semaine, la région Grand-Est ne cesse de voir le nombre de décès liés au Covid-19 augmenter. Le 5 février il y avait 7.396 décès cumulés depuis le début de la pandémie. Ce 11 février, la mortalité liée au Covid-19 a dépassé les 7.590 décès soit 196 morts de plus en une semaine.

La publication du point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France a par ailleurs fourni une actualisation des résultats de la dernière enquête « Flash », menée les 26 et 27 janvier dernier pour évaluer la propagation des variants sur le territoire.

Environ 200 personnes sont contaminées par jour par les mutations du variant sud-africain a estimé l’enquête. On évoque plusieurs milliers de contaminations par jour pour le variant anglais. Les chiffres figurant sur la carte ci-dessous correspondent aux pourcentages de variants estimés parmi les tests positifs. La part des variants anglais, sud-africain et brésilien parmi les tests positifs représentent 23,7% des contaminations.

Si l’on s’attarde sur la journée du jeudi 11 février, le déplacement d’Olivier Véran semble largement justifié. Pour 10 000 habitants, il y a 16,59 décès. Bien devant le département de la capitale avec 14,11 décès pour 10 000 habitants ou encore des Bouches du Rhône avec 11,71 décès pour 10 000 habitants.

Elodie Radenac