septembre 27

Étiquettes

Le studygram, ou comment se motiver entre étudiants

Apparus lors du confinement de mars 2020, les contenus mêlant études et dessin sur Instagram favorisent les discussions entre étudiants, et renforcent leur motivation. Mais ce sont encore ceux qui tiennent ces comptes de studygram qui en parlent le mieux. 

De belles fiches de révisions, des élèves qui se motivent entre eux et qui se passionnent pour leur apprentissage… une utopie ? Avec le studygram, cet engouement est une réalité. Mariana tient un compte « de dessins-études » depuis 1 an et demi sur Instagram. Elle explique : « Un studygram, c’est le compte Instagram d’une personne qui souhaite partager du contenu sur ses études. »

Le but ? Allier l’utile à l’agréable, les études au dessin. « C’est un outil de créativité et de partage, qui permet de se motiver mais aussi de motiver toutes les personnes qui nous suivent », avance une étudiante en médecine à Paris qui partage ses fiches de révisions. Elle-même consommatrice de ce genre de contenu, elle estime que « voir des publications sur les études et les méthodes de travail donne envie de s’investir. »


Source : @drawing_mariana / Instagram 

Étudiants en quête de motivation à distance

Le concept s’est développé lors du confinement de mars 2020. A ce moment-là, Sofia avoue avoir « un peu perdu en motivation ». « Alors, pour y remédier, j’ai créé ce compte afin d’être “obligée” de créer mes fiches pour les publier », se rappelle la collégienne de 14 ans.

            Instagram, réseau social très visuel, semble être la plateforme idéale pour accueillir des fiches de révisions esthétiques. Mariana avait créé son compte pour y publier des dessins il y a cinq ans. « Aujourd’hui, je mixe dessins et études et je poste des fiches anatomiques pour montrer aux autres qu’apprendre est un véritable loisir. »

             Charlotte, elle, a créé son compte cet été. Elle a remarqué que « depuis la rentrée, le nombre de personnes qui [la] suivent augmente ». Pleins de bonnes résolutions, ou simplement en quête de motivation, les étudiants cherchent des conseils auprès des plus expérimentés. C’est le cas de Lina. Elève de terminale, elle tient un compte de studygram et en suit d’autres. « Cela me permet de voir comment s’organisent des gens potentiellement très doués, notamment en période d’examen. […] Cela me permet aussi d’affiner mon projet professionnel et d’étude en analysant comment cela se passe pour les autres. »


Source : @cachoustudy / Instagram 

« La classe qu’on a toujours rêvé d’avoir »

L’étudiante en médecine citée plus haut reçoit souvent les mêmes questions : « Quelle méthode de travail ? Prépa ou pas prépa ? Combien d’heures travaillées par jour ? » Pour elle, « ce sont des questions légitimes et [elle avait] les mêmes avant de commencer [ses] études ». Mais à cette époque, elle s’était rendue aux journées portes ouvertes des établissements pour avoir des réponses.

Les comptes de studygram sont plus directs et mettent en relation plus facilement les étudiants. D’autant plus que d’après Lina, « en général ce sont des personnes qui travaillent beaucoup et bien » qui tiennent ces comptes. Pour elle, la communauté du studygram, « c’est un peu la classe qu’on a toujours rêvé d’avoir ». 

Noé GIRARD-BLANC