novembre 01

La cour fédérale rétablit la loi interdisant l’avortement de plus de six semaines au Texas

C’est un pas supplémentaire pour le Texas qui interdit à nouveau l’avortement au de-là de six semaines. Sauf si la mère est en danger, l’interruption de grossesse est bannie dans l’état du sud, même en cas de viol ou d’inceste.

Photo : Google manifestation Austin septembre 2021

La loi « Heartbeat Act » 

Le 8 octobre, la cour d’appel rétablit Heartbeat Act du 1er septembre 2021 au Texas, à la suite de plaintes au gouvernement. La loi aura donc été suspendue durant deux jours par le juge fédéral Robert Pittman, permettant aux cliniques de reprendre les interruptions de grossesse au-delà de la limite imposée. Le juge a bloqué temporairement cette loi restrictive début octobre en faisant référence à une privation offensive d’un droit constitutionnel. Ces deux jours auront donné un espoir pour l’avancée des droits des femmes au Texas. L’association Woman Health combat activement pour leurs droits et a soutenu les cliniques.

Un tribunal d’appel fédéral, composé de trois juges conservateurs nommés par l’ancien président Donald Trump a rétablit l’interdiction d’avortement. Cette loi ne prévoit aucune exception même en cas de viol ou d’inceste. Dès lors où les battements du cœur de l’embryon ont été détectés, il est impossible d’avoir recours à une interruption de grosses dans l’état du sud. Dans les textes, c’est le terme de fœtus qui est juridiquement utilisé alors que scientifiquement, on parle d’embryon jusqu’à dix semaines. Depuis le mandat de Donald Trump, la cour suprême est en majorité conservatrice, ce qui rend de plus en plus facile l’accès à ces de loi qui entravent les droits des femmes.

Selon les chiffres des Centers for disease control & prevention, plus de 65 % des interruptions volontaires de grossesses interviennent aux alentours de huit semaines. Avant cette date la plupart des femmes ignorent qu’elles sont enceintes.

PourKarly, étudiante à Austin, cette loi et un nouveau pas en arrière pour l’État conservateur.

« I believe that 6 weeks is not enough time for somebody to even know if they are pregnant, it’s even more unfair if this was unplanned because you were raped or incested.

That rule is just beyond me it is not okay it is disgusting. If anything, I could see them passing a law about about abortion I will be fighting for my rights as a woman. »

Je pense que six semaines ce n’est pas assez de temps pour se rendre compte que l’on est enceinte. C’est encore plus injuste si ce n’est pas voulu à cause d’un viol ou d’un inceste. Cette loi me dépasse et pour moi c’est juste dégoûtant. Si je vois une loi interdisant l’avortement, en tant que femme je me battrai pour mes droits.

How did your mother and grandmother react after this pass law?

Comment ta mère et ta grand-mère ont-elles réagit face à cette loi ?

« Honestly my mother and grandmother are both catholic they do not believe in abortion at all. Neither of them live in Texas anymore but they would have both supported this new, like ratified law. I don’t share my political view with my family because we do not agree. So, they would have been fine with it and If I would have been raped or incested or anything like that they would make me have the child and put it up on adoption »

Honnêtement, ma mère et ma grand mère sont catholiques. Elles ne vivent plus au Texas mais elles auraient supporté ce qu’il se passe. Je ne partage pas les mêmes opinions politiques que ma famille. Si j’avais été violé ou subi un inceste, elles auraient fait  en sorte que je garde l’enfant et l’auraient mis à l’adoption ensuite. 

10 000 Dollars de récompenses pour les dénonciateurs

Cette loi rend l’avortement illégal au Texas. Les femmes et professionnels de santé qui pratiquent l’avortement au-delà de la limite imposée par l’état fédéral, peuvent être poursuivis en justice par des civils qui les dénoncent. Cette prime à la dénonciation dans l’état conservateur génère une course contre l’avortement devient une course à l’argent. Il en perd son « combat » religieux, en effet les dénonciateurs sont récompensés jusqu’à 10 000 dollars. Malgré les restrictions imposées, le 18 septembre à San Antonio, le gynécologue Alan Braid écrit une tribune dans le Washington post ou il déclarait avoir pratiqué un avortement de plus de 6 semaines sur une femme ayant été victime d’inceste.

Carlos, habitant de New York, confie que les évènements du Texas ont un impact sur tout le pays et reflète la mentalité conservatrice américaine.

“I am really enraged, these are man setting power on this these do not have to worry about being raped. It’s against God and it is just like religion imposing rules on people lives. This is supposed to be a the name of a Christian nation whether it is not really one. What’s happening in Texas has a profound impact on how people think on the federal level in this country. In California and New York it is different because it is more left leaning, and you have more people that are pro-abortion.”

Je suis très furieux, ce sont les hommes qui ont le pouvoir sur ça et ils n’ont pas de soucis à se faire sur le fait d’être violé. L’avortement c’est contre Dieu et la religion qui impose des lois sur la vie des gens. C’est supposé être une nation catholique alors que ça ne l’est plus vraiment. Ce qui se passe au Texas a un impact profond sur ce que les gens pensent au niveau fédéral dans ce pays. En Californie et à New York c’est plus une politique de gauche, il y’a plus de gens qui sont pour l’avortement.

Les cliniques redirigentleur patient vers des états voisins comme en Louisiane pour avoir recours à un avortement en toute sécurité. La loi « Heartbeat Act » devrait être établit le 1er novembre 2021 dans l’état de Oklahoma, l’état voisin du Texas.

Chloe Bounameaux