La promotion du trading en ligne par les influenceurs, l’Autorité des Marchés Financiers alerte 

Ce vendredi 29 octobre,  l’AMF alerte sur la tendance du trading en ligne. L’arrivée en nombre de jeunes investisseurs sur les marchés d’actions inquiète. La promotion de services de trading par les influenceurs de télé-réalité en serait responsable. 

« J’ai perdu près de 1 000 euros » témoigne Jennifer sur le plateau de « Au jour d’aujourd’hui ». Les influenceurs sont à nouveau au cœur d’un scandale. La promotion du trading par les stars de télé-réalité a été dénoncée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) ce vendredi 29 octobre. Elle appelle notamment à évaluer la crédibilité de l’émetteur. De nombreux comptes Snapchat, utilisés pour vanter les mérites de cette pratique ont été supprimés. Maeva Ghennam, Marc Blata, Laurent Correia et bien d’autres candidats de télé-réalité ont perdu leurs principales sources de revenus. Cette fois-ci, la plateforme Snapchat prend la promotion de services de trading de bitcoins très au sérieux. Si de nombreuses affaires d’arnaques concernant les placements de produits ont déjà été révélées, la promotion de trading est, elle, fortement désapprouvée. 

« Une belle promesse » 

Le trading « web » consiste à vendre et à acheter des devises étrangères sur Internet. Les stars de télé-réalité font l’éloge de cette pratique auprès de leurs followers. Nombre de ces derniers sont séduits par la possibilité d’acquérir de l’argent facilement. « 200 euros par jour, sans avoir rien à faire, c’est vrai que ça faisait rêver » explique Brahim dans un article du Bondy Blog. Pourtant, les données exploitées par les stars de télé-réalité sur leurs réseaux sont en réalités biaisées. Elles ne reflètent pas la réalité. Les risques encourus en investissant sur ces plateformes ne sont pas signalés à leurs communautés. En plus de promettre une somme d’argent importante, les influenceurs garantissent à leurs followers un service d’accompagnement « gratuit » par des traders dits « professionnels ». Une proposition séduisante par sa facilité de mise en place. Pas besoin de qualification particulière en finance pour devenir « trader du web ». « Tout le monde peut le faire et peut devenir riche » s’enthousiasme Marc Blata sur son compte Snapchat. Les followers intéressés n’ont qu’à ouvrir un compte sur la plateforme de trading promue par l’un des influenceurs. Il faut ensuite y déposer une somme d’argent assez conséquente, selon Milla Jasmine pour « être sûr d’obtenir de l’argent en retour ». L’influenceuse conseillait de déposer 500 euros. Le Bondy Blog explique « une fois la mise de départ effectuée, il n’y a plus qu’à suivre les instructions, appelées signaux, publiées quotidiennement sur la messagerie en ligne Telegram. « Copier-coller, encaisser ».  

« Une spirale infernale » 

Devant les stories ensoleillées à Dubaï des stars de télé-réalité, leurs voitures de course et leurs maisons de 3 000 m2, beaucoup de jeunes sont émerveillés et souhaitent obtenir le même train de vie. Pour cela, le trading semble être la clé. Laurent Correia est un des premiers à avoir vendu sa vie de rêve comme étant les résultats du trading et de paris sportifs. « C’est vrai que quand je vois leurs stories je me dis pourquoi pas moi ? On est tenté de faire comme eux » explique Arthur, amateur du pari sportif. Derrière ces promotions « anodines », c’est des centaines de jeunes qui ont perdu de l’argent en suivant les conseils d’investissement peu avisés de leurs influenceurs préférés. Une nouvelle tendance inquiétante, car celle-ci attire principalement des personnes vulnérables. « J’avais besoin d’argent et j’ai perdu 500 euros en achetant des devises étrangères sur les conseils de Marc Blata » atteste Yassine dans un article du Parisien. L’appât du gain et la promesse d’une vie « meilleure » exploitent la naïveté des followers. Si la promotion du trading fait autant de bruit, c’est surtout car d’importantes sommes d’argent entrent en ligne de compte. Or, les influenceurs sont, en majorité, suivis par une audience très jeune. 

« Les gens ne sont pas patients » 

Les stars de télé-réalité n’ont, elles, pas la sensation de tromper leurs followers bien au contraire. « Chez moi des gens ont perdu plus de 10 000 euros {…} Les gens aujourd’hui pensent qu’ils peuvent devenir millionnaires du jour au lendemain et ils ne savent pas être patients » s’expliquait Marc Blata sur son compte Instagram. Si le trading crée une polémique autour des influenceurs, ce n’est pas la première fois qu’un scandale les touche de près. « On est toujours la cible de toute façon, on commence à avoir l’habitude » s’agace Milla Jasmine sur son compte Snapchat, avant sa suppression. Souvent pris en grippe, les influenceurs et leurs placements de produits ne sont pas appréciés. De nombreux produits achetés, promus par les candidats, n’ont jamais été reçus par les acheteurs. « J’avais commandé des shampoings Nicki Cosmetics il y a plus de six mois, mais je ne les ai jamais reçus, j’ai envoyé plusieurs messages à Maddy Burciaga (candidate de télé-réalité), mais elle ne m’a jamais répondu » explique Léonie, étudiante. Ces scandales à répétition ont terni l’image des influenceurs télés. « Moi, je ne vois pas le problème, c’est comme du télé-achat, tu veux acheter, tu achètes, tu ne veux pas ce n’est pas grave. Je ne force personne et je me sens pas responsable de la suite » explique Eva Ducci sur le plateau de Sam Zirah, journaliste sur Youtube. 

La Répression des fraudes condamne la pratique 

Plus le temps avance, plus la source principale de revenus des influenceurs est menacée de disparaître. Déjà en avril 2021, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et de la Finance, appelait à la responsabilité des influenceurs à propos des recommandations qu’ils font à leur communauté. Le ministre avait demandé aux consommateurs de signaler les éventuelles arnaques après certaines affaires de « dropshipping, sites revendeurs de produits de faible valeur à des prix extrêmement élevés. Bien souvent, le site internet créé ne survit que quelques mois avant que la supercherie éclate. Les candidats de télé-réalité sont souvent rémunérés pour faire la promotion de ces produits revendus parfois cinq fois le prix original. Aujourd’hui, la tendance du trading oblige l’État à s’impliquer davantage. Récemment, la célébrité Nabilla Benattia-Vergara a été épinglée par la Répression des fraudes pour avoir fait en 2018 la promotion de services de trading de bitcoins sur Snapchat sans mentionner qu’elle était rémunérée. L’AMF publie chaque trimestre depuis janvier 2021 un tableau de bord des investisseurs particuliers actifs. En deux ans, l’AMF a constaté l’arrivée sur les marchés d’actions de 800 000 nouveaux investisseurs particuliers, au profil plus jeune.

Lilas Pierre