novembre 27

La Tchoucatoun : le prochain jeu de société made in Nice

« La Tchoucatoun nous a fait passer la meilleure soirée de notre vie. » Imaginé en 2020 pour le jour de l’an, la Tchoucatoun devait rester un jeu unique pour un petit groupe d’amis, mais Claire Casalini-Astier a décidé de le rendre accessible à tous en lançant la production de son jeu de plateau.

Créé pour le jour de l’an, la première version de la Tchoucatoun a été faite à la main par Claire sur « un vieux miroir qui traînait » Source : Claire Casalini-Astier

Un jeu d’alcool, mais pas que

« Il faut être ouvert d’esprit, on rit de tout. » Avec son jeu, Claire Casalini-Astier, designer graphique, espère égayer les soirées de tous. Son jeu, la Tchoucatoun, ou « l’ivrogne » en niçois, est un jeu de plateau et de cartes qui regroupe « tout ce qu’on peut trouver pour s’amuser en soirée en un seul jeu ». L’objectif, « un peu comme au jeu de l’oie » est d’atteindre la case d’arrivée, seule différence « il faut aussi être le moins bourré possible ». Sur chaque case du jeu, une des neuf thématiques (actions, confessions, débats, chants, danses, shots, triches et blanches) est inscrite et vous propose de choisir une action à effectuer. Une nouveauté promue par la créatrice du jeu « on a beaucoup mis le système de triche en avant et aider les joueurs ».

Claire tient tout de même à rappeler que son jeu n’est pas fait pour inciter à boire. « Je ne bois pas et je suis très sensible aux risques de l’alcool. » C’est pour cela qu’une version SAM (celui qui ne boit pas) est proposée dans le jeu « on a même tendance à favoriser ceux qui ne boivent pas dans le jeu » déclare la conceptrice.

Les 50 premiers exemplaires du jeu seront produits à la fin de la campagne Ulule et donneront peut-être lieu à une application à l’avenir. Source : La Tchoucatoun

Un jeu fait main et écoresponsable

Une campagne Ulule de financement participatif a été lancée la semaine dernière pour récolter les fonds nécessaires à la production des premiers exemplaires du jeu. « On propose sept choix de participations. » Six d’entre elles sont des paliers avec des contreparties comme des stickers ou des tote bags, la septième est une participation libre, sans prix établi.

Chaque plateau est confectionné à la main par Claire avec des matériaux écoresponsables. « On fait du recyclage au maximum, par exemple les pions sont faits à partir de capsules de bières récupérées et les cartes sont faites en papier recyclé qu’on plastifie pour ne pas qu’elles s’abîment. »

Claire voit déjà plus loin et espère d’ici deux ans pouvoir sortir une version numérique de son jeu. « Si la Tchoucatoun fonctionne, on va investir pour créer une application et les gens qui achèteront le plateau pourront télécharger l’application sur leur téléphone pour avoir les cartes. » L’application était l’idée d’origine mais pour une question de temps et de budget, Claire s’est rabattue pour l’instant sur la version physique de son jeu.

Jessica Granato