décembre 07

Étiquettes

L’alcool : l’indispensable des soirées chez les jeunes

En France, les jeunes consomment de l’alcool lors des soirées pour vaincre la timidité ou simplement faire redescendre la pression. Cependant, les 18-24 ans dépassent parfois les repères de consommation d’alcool à moindre risque fixés par Santé publique France.

@ John Arano sur Unsplash

En boîte, dans les bars, en terrasse ou simplement entre amis, les jeunes âgés de 18 à 24 ans boivent de l’alcool. Le problème n’est pas dans le fait d’en boire, mais plutôt dans la quantité consommée. Récemment, Santé publique France a publié son baromètre du dépassement des repères de consommation d’alcool à moindre risque, basé sur l’année 2020. Chez les 18-24 ans, 25,8 % ont déclaré consommer de l’alcool au-delà de ces repères. Bien qu’ils ne soient pas les seuls à dépasser les limites, ils sont en tête des statistiques derrière les 65-75 ans. En effet, ces derniers sont 26,4 % à déclarer consommer au-delà de 10 verres standards par semaine et plus de 2 verres standard par jour, sans forcément avoir de journée dite « sans consommation » au cours de la semaine.

« C’est pour passer une bonne soirée »

Lorsque les jeunes boivent, c’est avant tout dans les soirées. « Je bois surtout quand je sors, pour tout le côté festif : les soirées, les boîtes…» affirme Léa, 21 ans. La jeune femme n’est pas la seule à le penser et les différentes raisons de cette consommation sont dans toutes les bouches : « je bois pour être dans un état où je peux clairement plus m’amuser », explique Léa. « C’est pour passer une bonne soirée » poursuit Ugo ou encore comme Élisa l’affirme « ça me détend, je rigole, je passe un bon moment ». Selon une enquête menée en 2018 par Statista, près de 60 % des étudiants français prennent de l’alcool afin de relâcher la pression. C’est le cas d’Élisa, étudiante de 22 ans : « entre les cours, les partiels, mon boulot… Ça fait du bien de se lâcher et l’alcool aide à décompresser, on ne pense plus, on s’amuse ». Certains jeunes voient l’alcool autrement, comme une solution pour vaincre la barrière de la timidité. D’après l’enquête, environ 30 % des étudiants boivent pour être plus à l’aise en société. « C’est drôle, on est plus trop maître de soi-même, on fait des choses qu’on ne se permettrait pas si on n’était pas alcoolisé » confie Léa.

« J’ai déjà fait des soirées sans alcool et ça s’est très bien passée »

Si les jeunes boivent pour s’amuser, ils admettent cependant faire des soirées sans forcément consommé. « J’ai déjà fait des soirées sans alcool et ça s’est très bien passée » avoue Élisa. Ce n’est pas un cas isolé, seulement 2 % des étudiants français déclarent boire de l’alcool par besoin, selon Statista. Malgré le caractère « drôle » de cette consommation, beaucoup ont des souvenirs comme ceux d’Ugo : « j’ai vu des amis finir dans des sales états, à s’asseoir par terre et pleurer d’un coup, à faire des comas éthyliques à ne pas pouvoir rester dans la boîte… Ce n’est pas le but après, il faut connaître ses limites ». Malgré leur conscience des risques, trop de jeunes ont encore tendance à penser comme Léa : « les soirées riment clairement avec l’alcool, donc finalement, c’est plus une habitude qu’un plaisir ».

Elodie Inacio