février 08

La mort de Rayan, tombé dans un puits, réveille d’anciennes tragédies similaires

Le mardi 1er février, Rayan, un enfant de cinq ans est tombé dans un puits asséché au Maroc. Un feuilleton qui passionne les médias du monde entier sur plusieurs jours et qui fait écho à des drames similaires fortement médiatisés par le passé.

Les secours tentent de sortir Rayan du puit, soutenu par de nombreux habitants. Crédit photo : Fadel Senna AFP

L’histoire de Rayan, tombé dans un puits au Maroc, prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux et tient en haleine la presse des pays du monde entier. Pendant quatre jours, le monde a suivi l’extraction compliquée par les secours qui ont creusé à la main, un tunnel horizontal au puits, par crainte d’éboulement. C’est à 22h le samedi 5 février que l’enfant est extrait du puits d’une profondeur de 32 mètres. Le cabinet royal a annoncé le décès de Rayan trente minutes plus tard. Cet incident n’est pas le premier et fait écho à plusieurs tragédies survenues ces dernières années, qui ont, elles aussi, marqué les esprits.

Les proches du petit Julen sont dévastés à la suite de la mort de leur enfant, tombé dans un puit. Crédit photo : AFP

Julen, deux ans, bloqué dans un puit

Il y a trois ans, le 13 janvier 2019, c’est un drame similaire qui s’est produit en Espagne. Julen a deux ans lorsqu’il joue près d’un puits de 25 centimètres de diamètre et de plus de 100 mètres de profondeur. Il tombe dedans, selon ses parents à la suite d’un jeu. Une chute de 70 mètres qui entraine derrière lui des amas de terre, rendant les recherches plus compliquées. Ce sont treize jours d’intenses mobilisations des secours qui ont ébranlé le pays et animé la presse. Plus d’une centaine de secouristes ont été mobilisés, dont les meilleurs mineurs du pays, pour creuser un tunnel parallèle à celui du puits. Ce n’est que le 26 janvier que les secouristes arrivent à retrouver le corps de l’enfant, malheureusement décédé.

Omayra Sanchez, symbole de l’éruption du volcan Nevado del Ruiz, en Colombie est décédée en novembre 1985 Crédit photo Frank Fournier/Contact Press Images

Le regard d’Omayra Sanchez

Le regard d’Omayra Sanchez a ému le monde entier en novembre 1985. A la suite de l’éruption du Volcan Nevado del Ruiz en Colombie, des milliers de personnes se sont retrouvés coincés dans les décombres de la ville, des tonnes de boue et de suie. C’est le cas de cette petite fille de treize ans : ses jambes sont coincées par les décombres de sa maison et une barre de fer lui entaille le ventre. Elle s’est battue trois jours et deux nuits, soutenue par des habitants, notamment un homme qui passe la nuit à ses côtés et lui apporte de quoi se réchauffer. Les secours tentent de l’entourer d’une bouée pour réduire ses efforts. Pourtant au petit matin, après trois jours de lutte, Omayara, les yeux rouges et affaiblie, décède devant les caméras. La mort de l’enfant est diffusé dans tous les médias du monde et devient le symbole des plus de 25.000 morts de cette tragédie.

Louise Bes