Ces bénévoles stérilisent les chats sauvages de la Croix des Gardes

L’association Le chat azuréen empêche que les félins de la Croix des Gardes ne se multiplient. Ce mardi soir 8 février, quatre bénévoles relâchent les chatons capturés quelques jours plus tôt. Reportage.

Damien, bénévole à l’association Le chat azuréen, nourrit les chats de la Croix des Gardes.

Ce sont les protecteurs des chats sauvages de la Croix des Gardes. Les quatre bénévoles de ce mardi soir se retrouvent à la nuit tombée pour aller relâcher les chatons nouvellement stérilisés par l’association Le chat azuréen. Du coffre de la voiture, ils sortent quatre cages desquelles se font entendre des miaulements. «Ce sont de jeunes chats roux, qui sont apparus il y a quelques semaines. Ils ont été attrapés dimanche pour être stérilisés, et aujourd’hui on les relâche», détaille Damien, bénévole depuis août.

Tous les félins ne peuvent pas être traités de la même façon par l’association. «Il y a des chats qui sont trop vieux pour être adoptés», détaille Magalie. Celle qui est aussi famille d’accueil connaît bien le processus : «Ces chats-là sont moins câlins, donc c’est difficile de leur trouver des familles. Alors, on les relâche au même endroit qu’on les a trouvés.»

«L’endroit», c’est un ilot d’une trentaine de chats, plus ou moins curieux, plus ou moins peureux. «Ils ont tous un caractère différent, comme les Hommes!», s’amuse Philippe, bénévole nourricier dans l’association depuis 2 ans.

Des bénévoles qui viennent déconnecter

Quand ils viennent les attraper pour prendre soin d’eux, les bénévoles «trappeurs» peuvent rester plusieurs heures. Ils posent quelques croquettes dans la cage, attendent que les chatons viennent mordre à l’hameçon, puis referment la porte derrière eux.

«Quand je viens, c’est un moment de déconnexion. Des fois, je peux même rester 2 heures avec eux», livre Damien. Et les chats sauvages l’approchent de plus en plus. «Quand j’arrive, ils reconnaissent les phares de mon scooter. C’est l’heure du repas. Ils le savent.»

Des subventions de la mairie de Cannes

Le problème des chats sauvages de la croix des gardes n’est pas nouveau. La mairie de Cannes a délivré un mandat au chat azuréen et subventionne l’association pour ses actions. En 2020, l’association qui compte plus de 450 membres a stérilisé 498 chats et 173 ont été adoptés.

Les subventions permettent de rémunérer des vétérinaires qui dispensent des soins aux félins sauvages. Pour les nourrir, l’association collecte des croquettes et de la pâtée à la sortie des supermarchés. «Ça marche plutôt bien. Et puis quand il n’y en a pas assez, je ramène aussi des boîtes. Ça ne me dérange pas», explique Damien.

Noé GIRARD-BLANC