À Sophia-Antipolis, les salariés de Thalès continuent leur protestation

Quelques salariés de Thales Defense Mission Systems étaient présents ce matin, pour filtrer les véhicules venant sur le site. L’objectif: protester contre la politique salariale de l’entreprise.

Hier, une centaine de salariés marchait dans les rues de Sophia-Antipolis pour dénoncer la politique salariale. (Nice-Matin)

La protestation continue. Après une journée de manifestation chargée hier, quelques dizaines de salariés de Thales Defense Mission Systems étaient de nouveaux présents ce matin à Sophia-Antipolis. Situés dans les environs de leur établissement, ils ont filtré les véhicules qui s’aventuraient sur le site.

«On veut juste être entendus»

Pour Gaëlle, une salariée de l’entreprise qui a participé à la filtration des véhicules, ce nouveau blocage des routes était nécessaire. «C’est toujours la même chose, ce sont les actionnaires qui s’en mettent plein les poches. Nous les salariés, nous n’avons que des miettes. On veut juste être entendus.»

Jeudi, ils étaient une centaine à marcher sur les routes de Sophia-Antipolis pour protester contre la politique salariale. Les syndicats dénonçaient le plafond d’augmentation, qui a été fixé à 3,5% pour l’année 2022. « On demande simplement une augmentation du budget, pour une revalorisation des salaires. On aimerait bien être considérés. » clame Jérôme Polvéroni, représentant de la CGT et délégué à Sophia-Antipolis. Au total, ce sont 450 salariés de Thalès qui ont manifesté jeudi dans les Alpes-Maritimes.

Dylan Vandevoorde