JO: combien gagnent les athlètes olympiques pour leur médaille

Singapour est le pays qui rémunère le mieux ses médaillés olympiques.

C’est l’accomplissement d’années de travail. Les médailles des JO récompensent les athlètes olympiques par la reconnaissance qu’elle offre. Mais le Comité International Olympique (CIO) ne décerne que les médailles, sans aucun apport financier. Les comités olympiques nationaux de chaque pays choisissent pour la plupart de verse une somme d’argent plus ou moins conséquente à leurs champions nationaux. Cette prime n’est aucunement obligatoire.

Le pays le plus généreux reste Singapour qui décerne 744.000$ à ses champions olympiques, 372.000$ pour ses médaillés d’argent et 286.000$ pour les athlètes qui reviennent au pays avec une médaille de bronze.

C’est 10 fois plus que la France qui accorde 65.000€ (74.200$) pour une médaille d’or, 25.000€ pour une médaille d’argent et 15 000€ pour une médaille de bronze. L’agence Nationale du Sport (ANS), rattachée au ministère des sports, récompense aussi les fédérations sportives pour chaque médaille remportée à hauteur de 35 000€, 15 000€ ou 8 000€ selon leur valeur.

Des athlètes mal rémunérés

S’ils ne gagnent pas de médaille aux Jeux Olympiques, les athlètes ne sont pas rémunérés. « Les membres du comité internationale olympique sont mieux payés pour regarder les JO (7.000$ les deux semaines et demie de travail) que la plupart des athlètes qui prennent part à la compétition », note le rapport money under 30.

Si la prime peut parfois être conséquente, elle est surtout unique. Seule la Malaisie récompense ses médaillés par un salaire mensuel à vie. Un sportif malaisien vainqueur d’une épreuve des jeux olympiques gagnera l’équivalent de 1.182$ par mois. C’est 709$ par mois pour une médaille d’argent et 473$ par mois pour le bronze. Pour subvenir à leurs besoins, les sportifs de haut niveau collaborent pour la plupart avec des sponsors qui leur assurent des revenus plus conséquents.

Noé GIRARD-BLANC