Rencontre Macron-Poutine: Pourquoi la table était si grande

Le président français n’aurait pas voulu se plier au test PCR de Vladimir Poutine pour éviter que les russes ne «mettent la main sur l’ADN du président».

Avec le Président Vladimir Poutine à Moscou.
Vladimir Poutine a tenu a distance Emmanuel Macron pour respecter le protocole sanitaire. Photo: Twitter Emmanuel Macron

L’image avait interloqué. Vladimir Poutine a tenu à distance le président français car il aurait refusé de se soumettre au test PCR russe. «Nous savions très bien que cela signifiait pas de poignée de main et cette longue table. Mais nous ne pouvions pas accepter qu’ils mettent la main sur l’ADN du Président», a déclaré un proche d’Emmanuel Macron à Reuters.

«Les Russes nous ont dit que Poutine devait être maintenu dans une bulle sanitaire stricte», a expliqué l’Elysée. L’entourage du président précise toutefois qu’il avait réalisé un test PCR en France avant son départ et qu’un test antigénique avait été « effectué par son propre médecin une fois en Russie ».

Le protocole russe très strict

Le président russe impose depuis le début de la pandémie de coronavirus un protocole très strict à ses visiteurs pour éviter toute contamination. Plusieurs d’entre eux, comme le Premier ministre hongrois Viktor Orban ou le président iranien Ebrahim Raïssi, n’ont, comme le président français, pas pu approcher Vladimir Poutine lors de récentes visites en Russie.

D’autres, comme le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev ce jeudi, ont été autorisés à lui serrer la main et n’ont pas eu à s’asseoir à l’autre bout d’une table de quatre mètres de long comme Emmanuel Macron. L’histoire ne précise pas à quel test le président kazakh a dû se plier. Une situation qui a suscité de nombreux commentaires sur un possible « message diplomatique » envoyé par le Kremlin.

Selon les deux sources, le chef de l’Etat français avait été informé par la présidence russe de ce protocole et a pris sa décision en connaissance de cause.  

Noé GIRARD-BLANC avec Reuters