février 20

Étiquettes

Can 2022: Un premier tour peu étincelant ponctué de polémiques

Erreurs d’arbitrages, bourdes techniques et tests covid suspects ont secoué les phases de poules de la Coupe d’Afrique des Nations

Le trophée de la Coupe d’Afrique des Nations.                                                                       Crédit: Getty Images

La première partie de la Coupe d’Afrique des Nations s’est achevée jeudi 20 janvier. Organisée tous les deux ans, cette compétition est l’événement phare du football africain. Elle se déroule cette année au Cameroun. L’organisation de cette 33e édition a fait l’objet de critiques avant même son début. Depuis le coup d’envoi de la compétition, le spectacle, la ferveur et la communion de tout un continent laissent place à des scandales. Entre erreurs d’arbitrage et bourdes techniques, le football africain se décrédibilise une fois de plus auprès de ses détracteurs.

Terne au début, la phase de poules s’était pourtant bien déroulée par la suite. Elle a été marquée par des matchs spectaculaires et l’émotion à son paroxysme. C’est ce que décrit  Ibrahima, consultant pour une chaîne sénégalaise : “Après la victoire de la Guinée équatoriale face à l’Algérie, on a vu un journaliste équato-guinéen dans une joie démonstrative et très agité dans les tribunes. C’est des images qui restent dans les esprits et qui font le charme du football africain.”

Un charme terni par des scandales

Les phases de poules ont été marquées par des événements hors du commun. Lors de la rencontre opposant le Mali à la Tunisie, l’arbitre arrête le match à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. Une action scandaleuse critiquée par les amateurs de football. Le match suivant opposant la Mauritanie à la Gambie fait la une des journaux après que le mauvais hymne a été diffusé pour les Mourabitounes. Des événements déplorables mais les réactions sont exagérées, selon Assane Diouf, le rédacteur en chef du magazine digital Ballon Rond:” Les critiques pour la CAN sont parfois justifiées mais il y a aussi pas mal d’exagérations. Pour quelqu’un qui suit assidûment les championnats européens, il n’y a pas un week-end qui passe sans qu’on soit scandalisé par un ou plusieurs faits d’arbitrage absolument irréels. Il n’y a pas de tournoi parfait même si des choses doivent être améliorées.”

Une organisation décriée

La seconde partie du tournoi a démarré ce dimanche 23 janvier. A deux jours du match Cameroun-Comores, les Coelacanthes comptaient 12 cas de covid et aucun gardien disponible. Les lions indomptables n’ont enregistré aucun cas positif depuis le début de la compétition. Des données qui éveillent des suspicions de fraude et de faveurs donné au pays organisateur. 

Le match s’est soldé par une victoire du Cameroun. Les amoureux du ballon rond, indignés,  s’attendent à moins de polémiques notamment sur les test covid et un arbitrage à la hauteur. Des conditions nécessaires au succès de cette édition déjà décriée.

 Marie Claire Diouf