mars 05

Étiquettes

Non, la carrière de Thibaut Pinot n’est pas terminée

Si le coureur franc-comtois a annoncé vouloir viser le podium du tour de France, certains observateurs doutent de son retour au plus haut niveau depuis sa blessure au dos en 2020. Pourtant, la saison 2022 laisse entrevoir de belles perspectives au leader de la Groupama FDJ.

Thibaut Pinot semble remis de sa blessure au dos et peut nourrir de belles ambitions pour 2022 – Imago

Ce n’était pas le premier « grand retour » de Thibaut Pinot lors du grand prix de la Marseillaise ce 30 Janvier, mais comme à chaque fois, l’attente des fans était à son paroxysme. « En Pologne en 2018, l’Occitanie en 2020, à chaque fois qu’il a vaincu un gros traumatisme, une blessure, il a rebondi et est revenu plus fort. » « On a tellement redouté que sa carrière se termine prématurément qu’on est impatient de le revoir libéré de tout problème physique » explique un membre du « Collectif Ultras Pinot ».

En 2021, la fête de son retour était gâchée par sa blessure de Nice, qui semblait trop sérieuse, même des mois plus tard. Pinot a donc fait une saison presque blanche pour revenir au haut niveau, non sans mal : « C’était une souffrance mentale. (…) Il y avait des courses tous les jours… Quoi que tu fasses, tout te ramène à ta condition dans ces moments-là. Tu allumes Twitter, la télé, n’importe quoi, tu fais toujours face à une info de vélo » confiait-il à Ouest France.

Malgré cette période difficile, Thibaut Pinot s’est refait une santé, et compte bien « redevenir le coureur d’avant la chute sur le Tour 2020. » La déclaration de Marc Madiot au début de la saison 2021 semble plus d’actualité que jamais : « J’entends toujours que Thibaut n’a pas de mental, c’est faux. Je le côtoie au quotidien, je sais que s’il y a un mec qui sait se faire mal à la gueule, c’est lui. Il donne, il donne et il donnera ».

Un retour en forme

Rappelons qu’à son pic de forme, Thibaut Pinot est un coureur de classe mondiale. Son palmarès parle pour lui, puisque le leader de la Groupama FDJ a déjà levé les bras sur 6 étapes dans les 3 grands Tours, et sur un monument, le Tour de Lombardie. Sur le Tour de France 2019, il était celui qui avait le plus bousculé le futur vainqueur Egan Bernal. Selon Marc Madiot, « Son pic de forme, il va venir ! On en saura plus après Tirenno Adriatico, là c’est un peu tôt. Mais d’ici le Tour, l’objectif sera d’accumuler les jours de course pour y voir encore plus clair »

Pour le moment, différents indices poussent à l’optimisme. Sur la dernière étape du Tour des Alpes Maritimes, on a vu Thibaut Pinot lancer un raid bien longtemps avant l’arrivée. Dominé par un Nairo Quintana plus en forme que jamais, il a tout de même terminé 3e de l’étape. Cela n’était pas arrivé depuis le criterium du Dauphiné 2020 ! Au dela du résultat rassurant, c’est le comportement généreux dans l’effort de Thibaut Pinot qui a rassuré. Sur ses courses de début de saison, il a attaqué plusieurs fois, mais s’est aussi mis au travail pour son équipe.

Une équipe a trois têtes

Cette course a aussi permis à Thibaut Pinot de reprendre ses marques, et de créer des automatismes avec Michael Storer. Double vainqueur d’étape et meilleur grimpeur de la dernière Vuelta, l’équipe Groupama FDJ s’est dotée du plus grand espoir du cyclisme Australien. « C’était vraiment chouette de courir avec Thibaut. Il a beaucoup d’expérience et on est sur la même longueur d’onde (…) et pourtant ce n’était que notre première course ensemble ! » déclarera-t-il après la course.

Son équipe, d’ailleurs, est plus armée que jamais. En 2021, David Gaudu montait en puissance en gagnant sur le tour du Pays Basque et en terminant 3e de Liège Bastogne Liège. Un changement de dimension conforté par une victoire dès son début de saison, au tour d’Algarve. Si la question d’un partage du leadership au Tour de France est sur la table, rien ne semble décidé pour le moment : « Le tour de France est encore loin, les conditions physiques et les niveaux de forme vont évoluer, on décidera de notre configuration au départ du Tour » nous a expliqué Marc Madiot. En plus des installés Reichenbach, Madouas, Molard, et Geniets pour la Montagne, et Armirail, Kung et Ladagnous en capitaines de route, la Groupama FDJ dispose donc plus que jamais d’une armada capable de remporter un Grand Tour.

Il ne faut pas oublier non plus l’amour que le public lui porte « En France, aucun coureur ne suscite une telle affection : son authenticité, sa capacité à ponctuellement dominer le gratin mondial, ses grandes défaites et ses grandes victoires (…) en font un coureur attachant. » (Collectif Ultras Pinot) Un attachement dont il saura tirer profit dès samedi sur les Strade Bianche, le premier gros rendez-vous de sa saison avant Tirenno Adriatico dimanche. Pinot ira ensuite courir à domicile, sur le Tour du Jura, puis le Tour des Alpes, le Tour de Romandie puis le tour de Suisse, où il n’était pas retourné depuis 2015 préparer le Tour de France, il y avait remporté une étape.

Lucas Métairie