Le rappeur Laylow a fait ses deux premiers Accor Arena

Ce week-end, l’artiste français a fait deux shows de deux heures face à 20 000 spectateurs avec six invités et une scénographie à l’allure de pièce de théâtre.

Laylow sur la scène de l’Accor Arena. Derrière lui, le décor brule grâce à des artifices, les pompiers sont des comédiens (Crédit Photo : Twitter @JeyLaylow)

Cris de la foule, standing ovation et flash de téléphone, voilà comment le rappeur toulousain Laylow était accueilli à Paris-Bercy ce 11 et 13 mars. La première fois qu’il y performait mais aussi première fois depuis longtemps qu’il faisait un concert. L’artiste n’avait pas été en tournée à la suite de ses albums Trinity et L’Étrange Histoire de Mr.Anderson, sortis respectivement en 2020 et 2021. Ce week-end, il a franchi une étape dans sa carrière. Alors qu’il était encore peu connu du grand public il y a deux ans, ces deux albums, ont fait de lui une étoile montante. Ce week-end, il a dévoilé une autre facette de son univers : la performance artistique et scénique. Laylow a montré son goût pour la narration avec une douzaine de chorégraphes et de nombreux décors. Pendant deux heures de performance, il a surpris 40 000 personnes avec l’intervention de sept rappeurs. Il s’agissait de Nekfeu, Hamza, Alpha Wann, Wit., Jok’aire, Sofian Pamart ou encore Damso, présent uniquement le vendredi.

Une identité narrative

« À Bercy, il a mis en scène ses albums » déclare Marine, spectatrice au concert du 11 mars. Ces deux derniers albums se suivent dans ce qu’ils racontent. Ils ont la particularité de narrer une histoire. Laylow a un amour tout particulier pour les films et le travail de la narration. L’étrange Histoire de Mr.Anderson, le film est un court métrage de 30 minutes qu’il a réalisé et qui complète sa palette artistique. Ce week-end il a montré sa vision théâtrale. Les décors reprenaient, la maison visible dans son film, la discothèque de son morceau R9R-Linemais aussi la matérialisation de la créature de Fallen Angel, mi-homme mi- corbeau. 

« La mise en scène, les décors étaient impressionnants et les références à la pop culture sont multiples donc très bonnes surprises !  » explique Axel à la fin du premier concert. « Il y avait le balcon de Roméo et Juliette. « La créature corbeau » et sa chorégraphie m’ont fait penser au cygne de Black Swan. La maison de Laylow me rappelle celle de Charlie dans Charlie et la Chocolaterie surtout quand il y a la fausse neige qui est tombé sur scène ».

Laylow est peu présent dans le paysage médiatique, lui qui n’a donné qu’une interview en deux ans. Il a pu s’exprimer auprès de ses fans lors de ce concert. « Vous savez déjà que je taff sur une nouvelle dinguerie » annonce Laylow au sujet d’un nouvel album. Avec ces deux Paris-Bercy, Laylow annonce son retour sur scène. Il est notamment à la tête d’affiche de nombreux festivals partout en France. 

Conchon Maxime