Le jeu d’acteur selon Torreton

Les RCC mettent à l’honneur ce soir Philippe Torreton lors d’une soirée événement aux Arcades à partir de 19 heures. Le cinéma projettera deux des films emblématiques de l’acteur français : Capitaine Conan de Bertrand Tavernier (César du meilleur acteur en 1997) et Présumé coupable de Vincent Garenq.

Mais l’homme de théâtre était déjà présent hier aux Arcades pour animer une masterclass, une leçon de cinéma. Au final cette rencontre ressemblait davantage à une interview qu’à un cours. Philippe Torreton a tout de même glissé de nombreux conseils sur le jeu d’acteur, le plus souvent en rapport avec le théâtre : « Ce n’est pas l’acteur qui est important, c’est le message. »

« Je recherche la peur »

Philippe Torreton, hier matin, répondant aux questions du public au cinéma les Arcades. (A.B.)

Philippe Torreton, hier matin, répondant aux questions du public au cinéma les Arcades. (A.B.)

Évoquant son parcours, son histoire personnelle, il critique l’enseignement dispensé au collège et au lycée : « Les disciplines artistiques doivent être enseignées pour être et devenir quelqu’un. Noter une performance théâtrale est un vrai drame. »

Passant brièvement sur son parcours professionnel, son entrée à la Comédie française, sa carrière cinématographique, ou encore les cours d’art dramatique qu’il a pu donner au conservatoire, Philippe Torreton développe ce qui est pour lui le principal moteur de l’acteur : « Ce que j’ai découvert en premier en apprenant à jouer, c’est la peur. Un sentiment que je détestais au départ, mais que j’ai appris à apprécier et que je recherche aujourd’hui. »

Il tient ensuite à souligner la complémentarité du cinéma et du théâtre, et précise qu’il n’a pas de préférence : « Arrêter le théâtre pour le cinéma serait comme de me faire amputer d’une jambe ! »

La leçon s’est achevée sur une série de questions posées par le public orientant la discussion sur le jeu d’acteur plutôt que sur le personnage Philippe Torreton.

Alexandre Baron

Vincent Dromard