Omar Youssef Souleimane : « L’écriture, une solution qui sauve de la mort »

Le journaliste et poète Omar Youssef Souleimane est présent au Festival du livre afin de présenter son livre « Loin de Damas ». Aujourd’hui, l’auteur s’est vu remettre le prix du poète résistant, un réel honneur.

Omar Youssef Souleimane a 25 ans lorsqu’il fuit son pays, la Syrie. Le journaliste et poète était recherché par les services de renseignements pour avoir participé aux manifestations pacifiques de Damas, en mars 2011. En France, il trouve l’asile politique en 2012 et s’installe à Paris.

« J’aime les croissants et les pains aux chocolats » plaisante-t-il. Au-delà de la nourriture, l’auteur parle de Louis Aragon et Paul Eluard, deux artistes engagés qu’il admire. « La France est le pays de la littérature. Avant je n’étais pas comblé. Ici en exil, je me suis trouvé moi-même et j’ai mûri dans mon écriture. Je sens que j’existe », explique Omar Youssef Souleimane.

Dans son livre, Loin de Damas, il parle d’exil, de la séparation et de la guerre. Une violence qui déchire son pays et qu’il cherche à combattre. « Quelqu’un qui prend les armes est faible, c’est une personne qui ne sait pas utiliser les mots. Pourtant ils peuvent apporter la victoire. »
Le stylo comme seul arme, il se bat aussi contre la désinformation. SyriaUntold, c’est le média indépendant anglais à travers lequel il parle de sujets qu’il estime trop souvent oubliés, écartés par les autres médias.

Des souvenirs vifs

Récompensé par le Prix spécial Amélie Murat en 2016 et par le Prix du poète résistant à Mouans-Sartoux, l’auteur voit ses récompenses comme une revanche. « Le plus important, c’est lorsque j’ai annoncé ça aux Syriens. Ils étaient fiers. Tout exilé de guerre a besoin de confiance. Ce genre de prix me donne de la force. » Omar Youssef Souleimane a perdu beaucoup dans cette guerre : amis, famille, toute une vie. Il se réconforte donc par l’écriture. « Je ne connaissais rien d’autre dans ma vie. Je compare souvent l’encre au sang. C’est une solution qui sauve de la mort. » En janvier prochain sortira Le Petit Terroriste, un livre autobiographique, son premier écrit en français, aux Editions Flammarion.

Célia Maciolek

Publicités