Regards des femmes sur les favelas de Rio

Violence, drogue et misère sont les trois mots qui semblent résumer la vie dans les bidonvilles brésiliens. Mais l’artiste JR nous montre une autre vision de ces quartiers, celle des femmes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans son documentaire les femmes s’expriment sur leur vie dans ces quartiers, ce qu’elles apprécient et ce qu’elles aimeraient changer. Le film insiste sur les couleurs et donne une vision artistique de ces favelas désordonnées, de ces ruelles sinueuses, et de ces paysages vertigineux. Les femmes vivent en haut de la colline et descendent en ville, à Rio de Janeiro, pour apprendre et travailler. Chaque jour elles combattent pour atteindre la culture. Paradoxe quand, dans la rue, certains cultivent la violence. La maison est un univers plutôt féminin, les hommes étant souvent morts dans des « guerres urbaines ».

Nous découvrons des portraits de femmes, de tous âges, les filles racontent leurs rêves et les grands-mères leurs souvenirs. « Pourquoi ne parler que de la violence ? On ne fait la une des journaux que dans ces cas là. Non ! Et nos victoires ? Plein d’histoires se sont déroulées ici. » affirme Rosiete Marinho. A Morro da Providência aussi, il y a des regards, des sourires et des rires. C’est ici qu’est née la samba, un endroit où on devrait cultiver la joie.

Les gens de la ville, « ils ne s’intéressent pas à nous, ils nous considèrent comme des animaux » dit Rosiete Marinho. JR, lui, a réalisé un documentaire qui s’intéresse à elles, aux femmes des favelas, à ces héroïnes :

« Le portait qu’on dresse des favelas est souvent négatif, très négatif. C’est pour ça qu’on a besoin d’aide. Pour donner des couleurs à cette image. » JR l’a fait. Maintenant c’est à notre tour, et à celui des « gens de la ville » de changer de regard.

Raphaëlle Daloz

Publicités