London Grammar et le retour du trip-pop anglais

Disparu de la scène depuis plus de quatre ans, le célèbre trio britannique a signé son retour sur scène avec son second album « Truth is a Beautiful Thing ». Hannah Reid, Dot Major et Dan Rothman nous ont parlé de leurs débuts et de leurs nouvelles compositions électro-pop bouleversantes.

Vous avez commencé à jouer de la musique dans les bars, puis seulement quelques années après vous avez connu un grand succès sur la scène internationale. Comment l’expliquez-vous ?

Hannah : Nous faisions d’abord beaucoup de concerts dans des bars à Londres, puis après avoir quitté l’université nous nous sommes fait repérer par un directeur artistique et grâce à quelques démos nous avons pu signer un contrat. Pendant presque deux ans, nous avons travaillé sur la création de notre premier album. C’est quelque chose qui a nécessité beaucoup de travail. A la fin, ça a porté ses fruits puisque nous étions tout le temps occupés à faire nos tournées.

Etant encore si jeunes, comment avez-vous vécu ce succès ?

Hannah : On s’est senti très chanceux, mais à cause des nombreuses tournées, c’est devenu un peu fatiguant vers la fin, mais on l’a vécu. On en a profité comme n’importe qui l’aurait fait et c’était génial. Nos fans sont aussi géniaux, donc c’était un pur plaisir.

Vous revenez après quatre d’absence sur la scène musicale. Pourquoi avoir mis aussi longtemps à revenir ?

Dan : On a surtout passé deux ans à faire la tournée pour le premier album. Les deux autres années ont servi à la conception du second album. On espère que cette fois-ci on retournera plus en studio entre la tournée et l’album pour que ça nous semble un peu moins long.

Rooting For You est le titre d’ouverture de leur second album

« Truth is a beautiful thing » est le nom de votre album. Le message paraît clair, mais pourquoi avoir mis l’accent sur ce sujet ?

Hannah : Je pense qu’on voulait un peu tenter de nouvelles choses. En matière de paroles, il y avait certains thèmes qui revenaient souvent, c’est pour ça qu’on a appelé l’album « Truth is a Beautiful Thing », justement parce que ce thème revenait fréquemment. Ce genre d’attention particulière au thème est arrivé presque naturellement.

En comparaison avec votre précédent album « If you wait », avez-vous travaillé différemment pour sa composition ?

Dot : Pas vraiment, on l’a juste fait sans vraiment réfléchir. En revanche, je pense que sans s’en rendre compte, on avait changé en tant que personnes et aussi en tant que musiciens. Travailler avec d’autres personnes et donc différentes méthodes a aussi changé la donne.

Comment vous-êtes vous organisés pour le composer ?

Hannah : Ça change tout le temps. Par exemple, parfois j’écris une chanson au piano, et tous ensemble, on travaille dessus pour les arrangements. Dan écrit d’autres parties musicales aussi, ou alors lui et Dot écrivent la musique : avec Dan au piano et Dot à la guitare et moi j’écris les paroles. Donc oui, c’est assez spontané et on peut s’organiser de différentes manières.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Hannah : Moi, ou même je pense nous trois, on s’inspire du même genre de musique, d’habitude de vieux vinyles qu’on aime beaucoup. Mais pour ce qui est des paroles, c’est juste purement tiré de nos expériences personnelles. Parfois je me laisse tout simplement exprimer. Je ne m’assoie pas pour réfléchir à ce que je vais dire.

Avez-vous fait une sélection particulière de vos musiques pour le public français ?

Hannah : Les Français aiment beaucoup « Wasting my Young Years » donc on jouera celle-ci, c’est sûr. Maintenant avec le second album, on a plus de matière qu’avant, ce qui nous permettra d’avoir plus de choses à proposer au public français.

Envisagez-vous de collaborer avec d’autres artistes ?

Dan : Il y a des artistes avec qui nous aimerions collaborer. Asgeir en fait parti. Je ne sais pas si on va collaborer avec lui mais c’est vraiment un artiste génial.

Parmi toutes vos chansons, laquelle vous préférez ?

Dot : Je sais pas, c’est une question difficile, parce que je les aime toutes mais je dirai « Hey Now » parce que ce sera toujours notre première chanson.

Hannah : Moi aussi ce serait « Hey Now ».

Dan : Pour moi ça varie assez, mais « Who Am I » c’est mon coup de coeur du moment.

 

Retrouvez l’article sur : Midi Libre

Propos recueillis par Hafça El Moussaoui

Publicités