François Hollande : opération séduction réussie

© Flickr

400. C’est le nombre de journalistes présents à l’Elysée pour cette première conférence de presse avec le président de la République François Hollande, après ses six premiers mois de quinquennat.

Loin du rapport de force avec les journalistes établi par Nicolas Sarkozy lors de la précédente conférence de presse en janvier 2008, notamment avec Laurent Joffrin ou l’ex-président s’était amusé d’une de ses questions, François Hollande a réussi son opération séduction. Médiatique en tous cas. Car le style Hollande fonctionne. Notamment avec son arme favorite, l’humour. Interrogé sur la question des sondages, le président ne nie pas les regarder, et « remercie les organes de presse d’avoir multiplié les enquêtes d’opinion », économisant ainsi les deniers publics. L’occasion aussi de réaffirmer le fait qu’il n’était « touché par rien », et surtout pas par le « hollande-bashing » ou lynchage médiatique qu’il subit depuis plusieurs semaines.

Autoritaire et responsable

Si le style ne change pas, François Hollande instaure avec cette conférence de presse une stature plus autoritaire et plus responsable que celle présentée jusqu’alors. Notamment sur le sujet de la réduction des déficits où il a déclaré non sans insistance: « J’ai demandé à Jean-Marc Ayrault de mener à marche forcée le rétablissement des comptes publics »,  tout en maintenant que cet effort sera contrebalancé par la justice, notamment fiscale, avec la mise en place de la fameuse taxe de 75% sur les revenus de plus d’un million d’euros par an.

 Que retenir sur le fond ?

Large et évasif sur de nombreux sujets, le président de la République tient à respecter son calendrier et évite soigneusement les questions qui fâchent comme le droit de vote des étrangers, qui a été repoussé à une période plus sereine. Cela étant François Hollande a renforcé son « cap » :

La dette publique : François Hollande maintient son objectif de réduction des dépenses publiques de 50 milliards d’euros et annonce même « Nous devons être capables de faire mieux en dépensant moins. »

La TVA : François Hollande a tenté à tout prix de démarquer sa réforme de celle présentée sous l’ère Sarkozy. C’est sous le terme restructuration, que le président a présenté le plan de hausse de la TVA. Il a par ailleurs maintenu que la TVA dans la restauration s’élèvera à 10% « une fois pour toutes ».

La Syrie : «  La France reconnaît la Coalition nationale syrienne (créée à Doha, le 11 novembre dernier lors d’une réunion entre la ligue arabe et le conseil national syrien) comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie pour en finir avec Bachar Al-Assad ». Face à l’immobilisme onusien, François Hollande a donc choisi une autre voie pour répondre à la terreur

En somme, c’est un grand oral réussi pour le président de la République qui affirme ses positions tout en laissant ouverte la porte aux discussions et aux aménagements. Prochain rendez-vous avec la presse dans 6 mois, alors que sous la présidence Sarkozy la première rencontre de ce type fut la dernière. En espérant que ce rendez-vous devienne un peu plus « normal ».

Jalal Kahlioui