Pisteurs-secouristes: Dans les coulisses des stations de ski

Ils ont changé leurs ailes pour une paire de ski. Mais sur les pistes enneigées, les anges gardiens, ce sont eux. Pendant la saison de ski, les pisteurs-secouristes s’activent pour que votre séjour aux sports d’hiver se déroule le mieux possible.

Julien  pisteur

Julien, pisteur-secouriste, s’apprête à partir en intervention avec son traineau Alpy sur le domaine d’Isola 2000.
Photo : V.B.

Chaque matin, ils sont les premiers à chausser les skis pour vérifier l’état du domaine. Qualité du manteau neigeux, balisage des pistes et déclenchement d’avalanche préventif : tout est passé au peigne fin pour que votre journée soit idéale. Les pisteurs-secouristes sont loin d’être des amateurs. « On est diplômés du PSE (Premier secours en équipe, ndlr) niveau 1 et 2, on a chacun notre spécialité. » nous indique Julien, nouveau à Isola 2000. Quand certains scrutent le ciel (les météorologues), d’autres font de leurs chiens leurs principaux atouts ou détachent un pan de montagne pour sécuriser le domaine skiable (les artificiers).

Les pisteurs sont des vigies au service des skieurs, les premiers à intervenir sur les lieux des accidents. Il suffit d’un grésillement dans les talkies-walkies pour que Patrick, moniteur de secourisme depuis 10 ans à Isola 2000, saute sur ses skis : « On doit intervenir le plus vite possible et se préparer au pire. Un pisteur sait que la montagne est dangereuse. » Muni d’une trousse de secours, d’une pelle, d’une sonde et d’un ARVA(appareil de géolocalisation), Patrick choisit son traîneau en fonction de l’endroit de l’accident. Le traîneau Alpy est adapté pour les interventions dans le domaine skiable, le Barquette, nécessitant deux pisteurs est, lui, préféré pour les extractions en hors-piste.

« Cinq à quinze interventions par jour »

Pour sécuriser l’une des plus grandes stations des Alpes du Sud, une vingtaine de secouristes en noir et jaune surveillent les 120 km de pistes d’Isola 2000. Postés en équipe de trois au sommet des remontées mécaniques, Patrick, Julien et Sophie gardent une oreille attentive sur leur talkie-walkie. Pour opérer dans les plus brefs délais, quatre motos-neige sont réparties sur les deux secteurs de la station. Le seul hic, selon Sophie, c’est la disponibilité de l’hélicoptère. « Les Alpes-Maritimes n’ont qu’un seul appareil de secours en montagne, il doit se déployer aussi bien sur Isola 2000 que sur Saint-Dalmas ou Auron » explique l’une des seules femmes pisteurs-sauveteurs de la station.

En moyenne, ces amoureux de la montagne interviennent entre cinq et quinze fois par jour durant les vacances d’hiver. Impossible donc pour Patrick et son équipe de ne pas être prêts. La coordination doit être parfaite ! A votre arrivée, les gardiens d’Isola 2000 seront là pour assurer votre sécurité et éviter que vos vacances à la neige ne prennent l’eau.

En images, voici le travail des pisteurs de Courchevel:

Vincent Bourquin
Axel Bluteau