La Ligue 1 aux abois

Des résultats catastrophiques en Europe et des matchs d’une faiblesse indigente, c’est le tableau du foot français en ce début de saison 2014-2015. Une situation qui dure et qui ne semble pas prête de s’arrêter.

Les clubs de Ligue 1 ne sont plus au niveau des compétitions européennes. (Crédit photo : D.R.)

Les clubs de Ligue 1 ne sont plus au niveau des compétitions européennes. (Crédit photo : D.R.)

Mieux vaut ne pas tirer sur l’ambulance ? En temps normal, la réponse est oui. Mais au vu de ce qui se passe en Ligue 1, on ne peut s’empêcher de tirer à boulets rouges. Et les derniers évènements ne laissent pas de place au doute. Il est grand temps de sonner l’alarme avant de tout voir s’écrouler. Même si cela semble avoir déjà commencé notamment avec l’indice UEFA.

Des équipes pas au niveau

En cette semaine de compétition européenne, les représentants de la L1 ont démontré, une fois de plus, leur incapacité à élever leur niveau de jeu. Cela a démarré avec la nouvelle défaite de Lille, ce mardi face au FC Porto, lors du match retour de barrage de Ligue des Champions. Une défaite logique face à une équipe portugaise habituée des joutes européennes. Ce qui dérange c’est avant tout la manière. En 180 minutes –matchs aller et retour- les Lillois n’ont jamais inquiété les joueurs de Porto. En alignant à deux reprises une équipe ultra défensive –seulement 2 joueurs à vocation offensive- le coach du LOSC, René Girard, n’a rien fait pour aller chercher la victoire ou la défaite avec panache. Même son de cloche chez le président du club. Michel Seydoux a expliqué avant la rencontre qu’une non-qualification en LDC ne serait pas préjudiciable pour les finances du club. Entre tenir des comptes d’apothicaires et chercher la gloire, Lille a fait son choix.

Le deuxième échec du football français en Europe a eu lieu jeudi soir. Et quel échec ! Pour la première fois en 17 ans, l’Olympique Lyonnais ne participera pas à une compétition européenne. Malgré sa victoire 1-0 sur la pelouse des Roumains du FC Astra, l’OL est éliminé de l’Europa League. Un vrai drame pour l’équipe septuple championne de France mais une conséquence logique au vu de la gestion du club ces dernières années. Entre des échecs de recrutements (Gourcuff, Danic, Koné, Lopes) et des blessures à répétition (9 blessés à l’heure actuelle), la sanction a fini par tomber. Cette élimination met aussi en exergue l’inefficacité de la formation française. Lyon possède le meilleur centre de formation en France et malgré ce statut, les jeunes Lyonnais –qui étaient 5 sur la pelouse jeudi soir- n’ont pas eu le talent nécessaire pour aller chercher la qualification. Heureusement, les joueurs de Saint-Etienne ont réussi à se qualifier pour l’Europa League aux dépens du club turc de Karabukspor. Les Stéphanois ont explosé de joie après leur victoire face au huitième du championnat de Turquie… Sacrée performance.

Résultat, la France perd une place à l’indice UEFA et se retrouve septième derrière la Russie. Si ce classement ne bouge pas d’ici mai 2015, la France ne pourra plus envoyer que deux équipes en Ligue des Champions contre 3 aujourd’hui. Le foot français ferait mieux de se réveiller comme l’a fait remarquer Michel Platini.

Le championnat des matchs nuls

Arracher le point du match nul ? Voilà un concept bien français. Le foot est un sport qui se joue à 11 contre 11, mais à la fin il y a un vainqueur. C’est le cas partout en Europe, sauf en Ligue 1. Alors qu’en Angleterre ou en Espagne, toutes les équipes se battent pour la victoire peu importe l’adversaire en face, en France les équipes préfèrent démarrer en conservant le point accordé à l’engagement du match. Cette politique de la sécurité au détriment de la politique du risque a une conséquence : des matchs d’un ennui et d’une faiblesse préjudiciables. La dernière journée de championnat en est l’exemple flagrant. En 10 rencontres, seulement 14 buts ont été inscrits ce qui donne une moyenne de 1,4 buts par match !

Le match Rennes – Saint-Etienne s’est soldé par un 0 à 0. Une habitude dans le championnat. (Crédit photo : D.R.)

Le match Rennes – Saint-Etienne s’est soldé par un 0 à 0. Une habitude dans le championnat. (Crédit photo : D.R.)

Le peu d’équipes qui essayent de proposer du jeu font toujours face à des équipes ultra-défensives, évoluant à 11 derrière et espérant un coup du sort pour signer un hold-up. Rennes, Evian, Nantes ou bien Guingamp pour ne citer que ces équipes. A l’heure où la Ligue de Football Professionnel essaye de vendre les droits de la Ligue 1 à l’international, il est très difficile de trouver des acheteurs quand les rencontres phares aboutissent sur des scores nuls et vierges. Le football français est en pleine crise. Le nier relève de l’incompétence ou de la bêtise. Sans une véritable révolution dans son état d’esprit et sa conception du football, la France continuera de s’enfoncer jusqu’à toucher le fond.

Lhadi Messaouden