Transgenre, un combat au quotidien #2/2

Mélanie, 19 ans, nous raconte son combat pour devenir une femme. A travers son témoignage, nous découvrons le parcours et les obstacles que rencontrent les transgenres au quotidien.

A la fin de l’été, j’ai déménagé en Bretagne, chez mon père. Après ma dernière tentative de suicide, à 16 ans, j’ai pris une décision. Si je ne pouvais pas être une fille, je décidais d’être vue comme un homosexuel. Je suis très rapidement devenue le stéréotype de l’efféminé, au moins j’étais un peu plus proche de ce que j’étais au fond de moi. Je regrette vraiment cette année, c’était en quelque sorte ma crise d’ado, ma famille désirait que je me cache, alors je me dévoilais ! C’était totalement contre eux. Je pensais aussi que peut-être ma famille accepterait plus facilement le fait que je veuille devenir une fille mais j’ai tellement bien joué ce rôle que ça me faisait du mal à moi-même. J’ai perdu le goût de vivre. Je m’amusais à risquer ma vie, j’essayais d’être ce que je n’étais pas. Les études ne m’intéressaient plus. J’ai redoublé ma seconde et j’ai fait une troisième tentative de suicide durant l’été. Pour mes parents il s’agissait d’un appel à l’aide. Après ça, à 17 ans, j’ai enfin annoncé à mon père « Je veux mettre des vêtements féminins ».

"A 17 ans, j'ai enfin annoncé à mon père que je voulais mettre des vêtements féminins "

« A 17 ans, j’ai enfin annoncé à mon père que je voulais mettre des vêtements féminins  » Crédit photo: Vincent Gouriou

« Mélanie est mon nom à présent »

Mon père pensait que j’étais juste homosexuel, c’était la première fois que j’utilisais le terme de « transgenre » avec lui. Mon père, c’est vraiment mon héros ! Il a été compréhensif, présent et m’a poussé à contacter une association. Je l’ai ensuite annoncé à toute ma famille qui ne l’avait pas encore acceptée. C’était comme ça et pas autrement ! Après il fallait que je change de nom. Un soir, j’ai demandé à mon père comment il m’aurait appelé si j’avais été une fille à la naissance. Mélanie. C’est mon nom à présent. J’ai donc commencé petit à petit la transition. J’ai d’abord vu un psychologue spécialisé pour les transgenres à Brest. Bien sûr, il y a eu quelques complications. Il y a deux parcours pour devenir transgenre : le parcours hospitalier et le parcours libéral. J’ai choisi de faire ma transition par le parcours libéral après une très mauvaise expérience avec le premier. J’ai fait une demande ALD pour que mon traitement hormonal soit remboursé par la sécurité sociale. Je dois également voir un endocrinologue pour le traitement hormonal, c’est compliqué car il est à Paris. Le 18 mai 2015, j’ai pris ma première dose d’hormone. Enfin mon corps d’homme allait disparaître ! Les changements ont été rapides, la texture de ma peau, ma poitrine… C’était une délivrance. Mais je ne serai vraiment libérée après mon opération. Elle est prévue pour l’été 2016, en Thaïlande. Pourquoi ce pays ? Parce qu’il est réputé pour offrir de meilleurs résultats que la France. Bien sûr, il y a quelques inconvénients. Il faut vivre au moins un mois là-bas pour être rétablie complètement. Cela représente une somme énorme. Rien que l’opération coûte entre 8 000 et 12 000 euros, en comptant le mois que je vais passer dans ce pays, cela reviendrait à environ 13 500 euros, en espérant que le coût de mon opération soit plus proche des 8 000 euros. Pour le moment, j’ai 2 500 euros de côté, le reste sera financé par ma famille. Je suis vraiment motivée pour financer un maximum de mon opération, je fais un appel au don, j’en suis à 530 euros pour l’instant. Donc voilà, j’attends et j’espère.

"Il a été ma première relation amoureuse, pendant deux mois, j'ai vécu sur un nuage."

« Il a été ma première relation amoureuse, pendant deux mois, j’ai vécu sur un nuage. » Crédit photo: Vincent Gouriou

A la recherche de l’anonymat

Au lycée c’est très dur. Après ma prise d’hormone en avril dernier, j’ai pris la décision de révéler à toute ma classe et donc tout le lycée, que je voulais devenir une femme. Les autres élèves n’ont pas compris, ils étaient immatures. J’ai fait face à beaucoup de moqueries de rumeurs… Mais surtout de la part des terminales (j’étais en première). Alors je me disais toujours qu’ils allaient bientôt partir du lycée et que quand je serais moi-même en terminale, tout irait mieux. J’ai passé un été merveilleux. Pour la première fois, les idées noires que je couvais durant toute mon adolescence se sont envolées. J’ai rencontré un gars, lui me voyait comme une fille. Il a été ma première relation amoureuse, pendant deux mois, j’ai vécu sur un nuage. Et puis avec la perspective de la rentrée, mes peurs et mes appréhensions sont revenues me hanter. Une peur panique du regard des autres s’est ancrée en moi. Mes profs ont accepté ce que je suis, ils m’appellent tous Mélanie mais certains élèves m’appellent encore Yoan derrière mon dos. Un jour, un gars m’a crié que j’étais contre nature. Je suis devenue parano, j’imagine toujours que les gens parlent de moi, qu’ils se moquent. C’est en train de devenir insupportable. Si au lycée j’arrive à vivre à peu près comme n’importe quelle autre élève, le sport est la plus cruelle des matières. Quel vestiaire choisir en sport ? Aucun des deux ne me convient vraiment, je me change dans les toilettes. C’est horrible car cela accentue ma différence, je me sens mal, je ne compte même plus mes crises de larme en me changeant. Celui que j’aimais m’a quittée en septembre. Notre séparation a été très dure. Depuis je m’enfonce de plus en plus dans la déprime. Mon mal être persiste, ma peur grandit, je sèche les cours. J’ai fait une quatrième tentative de suicide pendant les vacances de la Toussaint. Je n’en peux plus. Je veux juste que tout s’arrange. Je recherche l’anonymat à présent. Pourquoi est-ce si compliqué d’être simplement perçue comme une femme ?

Si vous voulez aider Mélanie dans son combat, voici le lien de son appel au don.

Enora Le Notre

Publicités