Coupe du monde de hockey : mode d’emploi

En septembre, il n’y a pas que les élèves qui font leur rentrée. C’est aussi le cas des hockeyeurs. Pendant deux semaines de compétition, les meilleurs joueurs de la planète vont s’affronter lors de la coupe du monde de hockey sur glace. L’occasion pour nous de vous faire une présentation de cet évènement, très attendus par ses fans.

La compétition :

Créée en 1996 pour remplacer la très populaire Coupe Canada, la troisième Coupe du monde de hockey sur glace se disputera du 17 septembre au 1er octobre. Elle est organisée par l’association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (NHLPA) avec l’aide de la NHL (National Hockey League), en coopération avec la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF). La compétition suit les règles de la NHL, c’est à dire, une patinoire nord-américaine et des contacts inclus. Le tout se déroulera à Toronto, juste avant la saison NHL de 2016-2017 qui débutera le 12 octobre. L’occasion pour les fans de hockey de voir un jeu de niveau international pour reprendre une saison de la plus belle des manières.

Quelles équipes ?

On a tendance à penser que pour participer à la coupe du monde de hockey, il faut passer par un tournoi qualificatif, comme en football par exemple. Et bien non. Dans cette coupe du monde, seules huit équipes vont participer : le Canada, championne en titre, la Suède, les États-Unis, la Russie, la Finlande, et la République tchèque. Ces six pays vont tenter de remporter l’or. Mais me direz-vous, où sont passées les deux dernières équipes ? Celles qui manquent à l’appel sont celles d’Amérique du Nord et d’Europe. La première est composée des meilleurs joueurs U23 du Canada et des États-Unis, la seconde des meilleurs joueurs européens. Les équipes sont divisées en deux groupes :

groupes

Voici les équipes qui s’affronteront lors de la coupe du monde de hockey 2016. (Crédit : capture d’écran Sportsnet.ca)

Les deux premiers de chaque groupe avancent en demi-finale. L’équipe classée numéro 1 du  groupe A affrontera l’équipe classée 2 du groupe B et vice-versa. Les demi-finales auront lieu les 24 et 25 septembre. La finale, elle, se jouera au meilleur des trois matchs le 27 et 29 septembre. En cas d’égalité, un troisième match pourra éventuellement se dérouler le 1er octobre.

Et la France dans tout ça ? : Le pays – qui ne participera pas aux Jeux olympiques après sa défaite face à la Norvège il y a quelques semaines – n’a qu’un seul représentant dans cette compétition, Pierre-Edouard Bellemare. « Je suis extrêmement heureux ! C’est quelque chose d’assez exceptionnel. Je me retrouve ici grâce au fait que j’ai appris à jouer bien plus pour l’équipe. Ça m’a permis d’être sélectionné pour ce tournoi, donc c’est quand même assez incroyable », déclare-t-il au journal La Presse. Avec l’équipe des Flyers de Philadelphie, cette année, il a amassé 7 passes décisives et 7 buts pour 27 minutes de pénalité. Sa sélection pour la coupe du monde de hockey lui permet donc de se montrer face aux stars de la Ligue nationale de hockey. Au sein de l’équipe Europe, Bellemare aura à affronter le très expérimenté Slovaque Zdeno Chara, 39 ans et qui mesure 2.06 mètres.

Les pronostics de Buzzles :

Le jeu des pronostics n’est jamais simple. Et encore moins dans le hockey sur glace. Néanmoins si le Canada échoue en finale, cela pourrait très bien se retrouver sur le bureau d’enquête de la fédération canadienne. Vous pensez qu’on blague ? En 1998, la formation canadienne finit quatrième lors des Jeux olympiques de Nagano. Histoire plus méconnue, mais ô combien savoureuse, lors des championnats du monde junior la même année, l’Équipe Canada – pourtant dotée de joueurs talentueux – perd en quarts de finale face au Kazakhstan. Vous pouvez retrouver cette histoire en bande dessinée en cliquant ici. Ce match fut une telle honte pour le pays qu’un sommet de trois jours a été décrété par la fédération pour changer le système de formation des jeunes afin que des « drames » pareils ne se reproduisent plus.

Cette année, l’Équipe Canada est clairement notre favorite. Avec dans les buts, le meilleur gardien de toute la ligue Carey Price, et à tous les postes, attaque comme défense, les meilleurs joueurs de la ligue. Le titre semble presque promis aux joueurs de la feuille d’érable.

Verdict : l’équipe Canada devrait finir première de son groupe et être en bonne position pour gagner cette Coupe du Monde.

WAYNE GRETZKY MARIO LEMIEUX MARTIN BRODEUR

En 2004, le Canada avait remporté la coupe du monde de hockey face à la Finlande grâce au travail de Mario Lemieux et Martin Brodeur, ici avec Wayne Gretzky. (Crédit photo : Getty images)

L’équipe du Tre Konor, celle de la Suède devrait parvenir en finale. Grâce à Érik Karlsson, joueur des Sénateurs d’Ottawa, les Suédois ont certainement l’un des meilleurs défenseurs du plateau. De plus, Niklas Hjalmarsson, défenseur des Blackhawks de Chicago pourrait se montrer dangereux, lui qui est considéré comme un des joueurs les plus sous-estimés de la NHL. Henrik Lundqvist en tant que gardien pourra surement réaliser plusieurs arrêts de génie comme il en a le secret.

Verdict : Les Suédois peuvent viser la deuxième place.

La surprise viendra peut-être de l’équipe d’Amérique du Nord. Avec ses jeunes loups tels que le nouveau grand prodige Connor McDavid, ou encore Johnny « Hockey » Gaudreau, cette équipe-là a de l’énergie à revendre. Mais attention au manque d’expérience…

Verdict : Cette équipe U23 peut être la surprise de la coupe du monde.

connor-mcdavid

Connor McDavid est le leader la nouvelle génération de hockeyeurs. (Crédit photo : The Canadian Press)

L’équipe des USA peut se montrer hargneuse, mais son principal souci réside dans sa défense.

Verdict : Les Américains devraient arriver en demi-finale. Mais leur parcours pourrait bien s’arrêter là.

La Finlande peut compter sur ses étoiles montantes et sur ses gardiens d’élite, Pekka Rine et Tukka Rask. Mais les stars de demain comme Patrick Laine et Sebastian Aho arriveront-ils à suivre ?

Verdict : Après sa médaille d’argent aux championnats du monde cette année, l’équipe finlandaise cherchera à confirmer de nouveau. Mais cela sera-t-il assez pour aller en finale ? Pas sûr…

La Russie est dotée de formidables attaquants tels qu’Alexander Ovechkin, Evgeni Malkin ou encore le « Magic Man », Pavel Datsyuk. Les gardiens sont également doués. Mais la défense pourrait bien être le point faible.

Verdict : Aller en demi-finale va être compliqué pour la Russie.

L’équipe Europe a un sacré défi devant elle : faire jouer ensemble plusieurs joueurs de différents pays et construire une alchimie. Et ceci, très rapidement. Mais avec le jeune Allemand Leon Draisantl et l’expérimenté Anze Kopitar, capitaine des Kings de Los Angeles, cela pourra se montrer intéressant.

Verdict : Avec une moyenne d’âge de trente ans, l’expérience ne manquera pas à cette équipe Europe. Mais les matchs intensifs face à des équipes plus jeunes risquent de faire mal. Passer le premier tour serait exceptionnel.

Pour terminer, l’équipe de République tchèque va avoir besoin de courage et de chance. Sans l’illustre Jaromir Jagr, les Tchèques ne peuvent compter que sur leurs atouts défensifs.

Verdict : Il est improbable que les Tchèques franchissent l’étape du premier tour. Du moins, il faudrait que les dieux du hockey s’en mêlent.

Thomas Woloch

Publicités